Philippe Méoule.

Philippe Méoule.

Faire un don.

La campagne d'hiver 2012/2013 des Restos du Cœur ne se fera pas toute seule. Les dons sont les bienvenus. Tous les renseignements sur http://www.restosducoeur.org/

Derniers commentaires

Mot clé - gouvernement

Fil des billets

L’année 2013 scellera-t-elle le sort des collectivités ?

Liberte_egalite_fraternite.jpgLa course effrénée aux réductions des dépenses publiques s’affiche (hélas), comme une constante des gouvernements successifs. Pourtant, si cette méthode a montré toute sa perversité, c’est à un an des élections municipales que le gouvernement de JM Ayrault a décidé d’engager une profonde réforme de l’organisation territoriale française. Cette nouvelle étape de la décentralisation sera dans la tête de tous les élus locaux en 2013.

« Le changement » se fera en plusieurs étapes.

Aux côtés du projet de loi portant décentralisation et réforme de l’action publique, mastodonte législatif, une modification des modes de scrutin sera examinée au Parlement. Renforcement du fait intercommunal, eurométropole, redécoupage des cantons, élection au suffrage universel direct des conseillers intercommunaux, les règles du jeu de la démocratie locale vont connaitre de profondes modifications. Pourtant, si ces bouleversements s’annoncent majeurs, la concertation qui a entouré leur préparation laisse à désirer, comme en témoigne le désaveu porté par les syndicats de fonctionnaires sur ce projet. Le débat parlementaire, qui devrait occuper le premier semestre de cette année, ne se fera sans doute pas sans controverse. Les tensions qui ont coûté si cher au gouvernement Fillon pourraient-elles refaire surface ? Car nombreux sont les élus locaux et les parlementaires décidés à défendre la commune comme socle de la démocratie républicaine.

A qui s’adressent vraiment ces réformes ?

Il faut dire en effet que les objectifs défendus par ces réformes restent encore trop ambivalents : à qui s’adressent-ils ? Aux citoyens et à leurs représentants ou aux puissances de l’argent ? En réalité, après avoir séduit l’opinion publique, l’équipe de François Hollande commence à décevoir sur certains sujets, jusque dans ses rangs ! Les polémiques grandissent autour des projets locaux comme à Marseille, en Ile-de-France comme ailleurs, en zone rurale. En l’occurrence, les rédacteurs de l’avant projet de loi diffusé dans la presse en décembre dernier ont ainsi préféré laisser une page blanche.

Pour le gouvernement, les réformes institutionnelles devront contribuer à soigner les territoires malades d’une crise sans fin. Pourtant, il faut prendre garde à ne pas les achever avec un remède inefficace. La course effrénée aux réductions des dépenses publiques s’affiche en effet comme une constante des gouvernements successifs. Cette méthode a montré toute sa perversité, alors, faisons le vœu qu’en 2013, une autre voie pourra enfin s’ouvrir…

 

Dépassements d'honoraires médicaux : les assurés sont les grands perdants.

minist_re_sant_.jpgAprès les négociations de cette semaine nous n'avons eu droit (et pour cause !), qu'à la position des médecins et du gouvernement. Le point de vue des assurés sociaux qui avaient été exclus des négociations est quasi inconnu des médias, donc du grand public. Contrairement à ce que répètent en boucle lesdits médias, cet accord n'apporte rien de positif à la grande majorité des assurés sociaux, bien au contraire. En effet :



Au lieu d'être combattu, le dépassement d'honoraires est officialisé et ouvert à un plus grand nombre de médecins.



Au lieu d'être réduit, son montant pourra être augmenté.



Au lieu de concerner moins de médecins, il sera élargi et généralisé à tous ceux qui le souhaitent.



Le gouvernement organise désormais une médecine dont les tarifs seront inabordables pour de nombreux malades et qui induira des hausses drastiques des cotisations sociales, notamment des mutuelles, sans parler des refus de soins de la part de ceux qui ne pourront plus payer des consultations à 150 € ou plus.



De pigeons, les assurés sociaux vont devenir les dindons de la farce !



L’accord qualifié « d’historique » est en fait un leurre. En effet, aucune contrainte réelle n’empêchera les médecins de continuer à pratiquer des dépassements.

La signature d’un « contrat de bonne pratique » est laissé au libre choix du médecin. En dehors de ce dispositif, aucun plafond n’est fixé, aucun système de sanction efficace n’est mis en place… Par ailleurs, les mutuelles et les institutions de prévoyance n’ont pas souhaité s’engager directement. Elles ont raison car elles seraient alors obligées d’augmenter les cotisations de leurs adhérents. Enfin, en ce qui concerne l’obligation de la prise en charge au tarif opposable des patients bénéficiaires de la CMU, déjà fixée par la loi, la situation actuelle de refus de rendez-vous, notamment par certains médecins spécialistes pour des motifs fallacieux, a peu de chances de changer.

Ces négociations étaient vouées à l’échec dès le départ car les problèmes de fond, notamment celui du parcours de soins coordonné pourtant évoqué dans ses discours par la Ministre de la santé, n’ont pas été traités. La question essentielle aujourd’hui est celle de l’accessibilité physique et financière de la population à un système de santé de qualité. Il s’agit donc de mettre sur la table la suppression de la tarification à l’acte, le mode d’exercice des médecins et leur répartition sur le territoire.

La CGT a fait des propositions pour une nouvelle organisation de notre système de santé. Il s’agit notamment de la mise en place d’une médecine publique ambulatoire organisée par territoire autour de centres de santé avec des professionnels soit salariés, soit rémunérés sur la base de forfaits adaptés aux parcours de soin de la population dont ils ont la charge et qui peuvent donc varier d’un territoire à l’autre.

L’accès aux soins d’une partie de plus en plus importante de la population est problématique. Cet accord n’est pas à la hauteur des enjeux. Il faut au plus vite organiser un grand débat national sur une réforme de notre système de santé pour aboutir, comme l’a promis le Président de la République lors de son discours au Conseil économique, social et environnemental, à une nouvelle loi de santé publique.

 

MAM ou la position démissionnaire !

avion.jpg Un ami qui n'a aucune compassion ni retenue, m'adresse ce petit mot, digne des bons gags du Canard :"Michelle Alliot-Marie démissionne du gouvernement ! C'est çà les voyages en jet : à force de s'envoyer en l'air, on finit par la position... démissionnaire !". Qui l'eut cru !?

 

Le casting du remaniement : un choix "de lose" (idéal !), proposé par le JDD !

scorpion.jpgA un an de la présidentielle, il faut bien constater qu'il y a le feu à la maison Sarkozy. Grâce aux frasques de MAM, qui va donc être virée, un jeu de chaises musicales s'engage : le JDD de ce week-end nous propose quelques possibilités. Quels que soient les cas de figures envisagés, cela me convient parfaitement : ils sont tous à la ramasse, cumulant casseroles sur casseroles depuis des années. Ce choix est suggéré par le JDD, journal à la botte de la sarkozie, s'il en est... Il parait que SMS (Sa Majesté Sarkozy) va nous faire un petit topo sur tout ça, et n'en doutons pas, sur le reste aussi, dimanche 27 février, vers 20 h, à l'heure de l'apéro ! On n'a pas fini de se marrer et d'arroser ça!!!

 

Vacances de ministres... et de premier ministre !

ariane.jpgFrançois Fillon a adressé mercredi à l'ensemble des membres du gouvernement une circulaire fixant les modalités de leurs séjours privés. Visiblement, il a oublié de se l'adresser à lui-même !!! C'est Yann qui nous le rappelle... Et on pourrait aussi prendre des mesures en phase avec la morale affichée (de circonstance !?)

Lire la suite...

 

Les vacances de Fillon et MAM.

Fillon, l'homme calme et (presque) sans reproche du gouvernement, sait trouver, non seulement les mots réconfortants pour MAM, mais aussi pour tous ceux qui depuis 2007, n'en peuvent plus devant tant d'injustice, de mépris et d'arrogance. Beaucoup de mes amis blogueurs ont commenté ces infos... mam_fillon_vacances_phm_dj.jpg (Dessin de Djony sur une idée de Philippe Méoule)

 

Des propositions de gouvernement pour 2012 !

les progammes des partis pour 2012 Le blogueur (wikio, mais pas que !), est joueur : c'est là son moindre défaut ! C'est ainsi que certains de mes camarades ont imaginé des compositions de gouvernement pour 2012. Vous n'êtes pas obligés d'adhérer, mais vous pouvez en rire et mieux encore, proposer votre propre gouvernement. Comme disait Coluche :"après tout, c'est nous qu'on paye, non !?"

 

Le RSA jeunes et les effets d'annonces.

b_b__gorille.jpgLa communication est importante dans notre société et le gouvernement s'en est fait une spécialité. Savoir et faire-savoir ouvrent les portes du pouvoir. Pas sûr que cela suffise à le conserver !

Prenons l'exemple du RSA jeunes : seulement 3.400 bénéficiaires sont dénombrés fin novembre, alors qu'initialement, l’Elysée avait indiqué que 160.000 jeunes devaient être concernés à terme, pour un coût en année pleine de 250 millions d’euros.

3400 jeunes seulement.

« C’est loin de répondre aux attentes des jeunes », selon le président de la Cnaf, Jean-Louis Deroussen, cité par le quotidien daté du samedi 4 décembre Le Parisien/Aujourd’hui en France, mentionnant des chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales.

Pour lui, « les conditions sont drastiques pour pouvoir y prétendre. Plus de deux dossiers sur trois sont refusés. Nous l’avons dit et redit au gouvernement ».

Communication du ministère fin décembre début janvier.

Le ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale « communiquera sur le RSA, avec tous les chiffres, fin décembre-début janvier », a simplement indiqué samedi 4 décembre une porte-parole, interrogée par l’AFP.

Les premiers versements étaient prévus début octobre, au titre du mois de septembre.

Avoir travaillé deux ans au cours des trois dernières années.

L’extension du RSA aux moins de 25 ans, entrée en vigueur au 1er septembre, a été vivement critiquée par associations et syndicats, qui la jugent beaucoup trop restrictive puisqu’il faut avoir travaillé deux ans au cours des trois dernières années.

Recours.

La CFDT et le collectif de défense des stagiaires Génération précaire ont annoncé fin octobre avoir déposé un recours au Conseil d’Etat contre le décret sur les critères d’accès au RSA jeunes, estimant qu’il « viole le principe d’égalité ».

Mi-octobre, le ministère des Solidarités actives contre la pauvreté avait indiqué à l’AFP que plus de 5.600 jeunes avaient déposé une demande de RSA, mais précisé qu’il était « trop tôt pour parler de dossiers traités, car ils sont plus longs à traiter que les demandes de RSA traditionnel puisque les services doivent vérifier que les jeunes ont bien deux ans d’activité ».

L’objectif affiché par le gouvernement est de verser annuellement un RSA à 15.000 jeunes de moins de 25 ans. On est loin du compte...

(Sources : la gazette des communes).

 

Quelle info : remaniement, Aung San Suu Kyi, gouvernement, Fillon, Borloo, dette grecque, Morin, G 20... ?

Remaniement, gouvernement, Fillon, Borloo, Morin, Sarkozy, TF1, 1396-photos-decor-interview-sarkozy-ce-soir-24-avril.jpgPujadas, Ferrari, Denisot... sont les bons mots-clefs de la blogosphère depuis hier et en gros jusqu'à la fin de la semaine !

Tous lesjournaux et touslesblogs politiques "sont sur le coup", et j'aurai sûrement l'occasion de commenter dans les semaines et les mois qui viennent, les nombreuses initiatives que ce gouvernement ne manquera pas de nous concocter !

Ainsi, faisant partie de ceux qui pensaient, il y a déjà une semaine, qu'il n'y aurait rien de neuf dans l'affaire du remaniement, je préfère regarder ailleurs.

Ailleurs, c'est-à-dire là où l'info donne, d'une part, plus de tenue à la dignité humaine, et là où, d'autre part, il convient de relativiser l'agitation et les effets d'annonces du nouveau président du G20.

 

Les Roms seraient fichés illégalement par les gendarmes...

Quatre associations ont déposé plainte contre calais7.jpgun "fichier ethnique, illégal et non déclaré" de la gendarmerie sur les Roms et les gens du voyage, l'existence de tels fichiers ayant toujours été niée par le gouvernement français. (Photo : évacuation de "la jungle" à Calais)

Lire la suite...

 

Pour comprendre la Sarkofrance et plus encore...

Pour comprendre la Sarkofrance et comprendre surtout pourquoi la rentrée pourrait bien être aussi chaude au gouvernement que dans la rue, le résumé de sarkozynapoleon.jpg la 172 ème semaine de Sarkofrance est encore ce qu'il y a de mieux ! Bon week-end à tous.

 

Plan de licenciement au gouvernement.

C'est con pour eux, mais je ne vais pas pleurer ! De nombreux conseillers ministériels vont dégager dans les semaines qui viennent. Ils sont amers, paraît-il. life12.jpg On les comprend. En même temps, ils subissent les programmes qu'ils ont eux-mêmes concocté.

Ben oui, pour être conseiller dans un ministère sarkozyste, au minimum, il faut avoir sa carte d'umpiste, adhérer aux bonnes idées édictées par le monarque, et en plus il convient, chaque matin d'apporter à son ministre préféré les idées novatrices du libéralisme ambiant ! Pour être le meilleur, pour être remarqué et pour espérer propulser sa carrière !

Et paf, voilà que le conseiller umpiste se prend en pleine gueule le projet de licenciement qu'il avait rédigé pendant des jours et des nuits pour les ouvriers, les travailleurs pauvres et autres cadres moyens : un truc aux petits oignons, avec la bonne police de caractère, le bon interlignage, la mention "TTU" (Très Très Urgent, marque des énarques), tout ça pour être bien vu du patron. Peut-être même que sa petite amie s'est tirée, mais que n'aurait-il fait pour sa carrière !? C'est ballot, hein !? Tout ça pour quoi !?

Et il voudrait qu'on pleure, qu'on se mobilise ? Faut pas en demander trop, M. le rédacteur de la RGPP ! Bienvenue à Pôle Emploi. La prochaine fois, tu réfléchiras... Si tu peux encore.

 

Football : mon beau miroir...

Coluche disait :"l'important dans le sport, c'est l'esprit d'équipe. Le problème, c'est qu'il y a un esprit pour une équipe !" Un peu comme au gouvernement !? ribery.jpg

 

La retraite de Sarkozy.

58% des Français estiment que l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans est un "acquis social et qu'il ne faut pas revenir dessus".

Selon un sondage, BVA/Absoluce/Les Echos/France info diffusé mardi 20 avril, six Français sur dix estiment que le gouvernement a tort de vouloir aller vite dans la réforme des retraites. Ils jugent également que le PS a raison de défendre l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans. Rappelons tout de même que le PS n'est pas tout seul à gauche, dans cette affaire... Ce qui n'empêche pas que ces 6 Français sur 10 pourraient bien offrir sa retraite à Sarkozy en 2012, héhé !

(source : nouvelobs.com)

 

Les départements combattent la réforme en ordre dispersé... Le gouvernement peut réformer tranquillement !

(source : Le Point). Bien qu'unanimes à dénoncer le projet gouvernemental de réforme de la fiscalité locale, les présidents de conseils généraux vont la combattre en ordre dispersé, gauche et droite séparément, faute d'avoir abouti à un accord lors de leur congrès à Clermont-Ferrand. Dans une résolution adoptée mercredi, l'Assemblée des départements de France (ADF), majoritairement à gauche, a menacé de ne plus participer au financement de projets nationaux décidés par le gouvernement et d'engager, devant les juridictions compétentes, le recouvrement des sommes dues par l'État au titre des charges qui leur ont été transférées.

Refusant de voter ce texte, les présidents des départements de droite ont préféré adresser un message au gouvernement avec leurs propositions.photo_terre_par_satelite.jpg "Il y a des divergences importantes, en particulier sur le plan technique et sur le plan politique", a justifié le président UMP du conseil général de la Marne René-Paul Savary. Le président de l'ADF Claudy Lebreton (PS, Côtes-d'Armor) a relativisé ces divergences en souligné la "gravité" de la situation financière de nombreux départements dont les budgets doivent être votés en décembre. Selon lui, 25 d'entre eux "ne sont plus à même d'élaborer leurs budgets. Comme leurs collègues de gauche, l'ensemble des présidents de droite a critiqué au cours des débats la réforme de la fiscalité locale, qui prévoit la suppression de la taxe professionnelle, versée jusqu'à présent par les entreprises et principale ressource financière des collectivités locales.

Nicolas Sarkozy a décidé de supprimer cette taxe dès 2010. Elle sera remplacée par une cotisation économique territoriale (CET) reposant sur le foncier (cotisation locale d'activité) et sur la valeur ajoutée (cotisation complémentaire). L'État a promis de compenser par dotation la différence entre les recettes de la taxe professionnelle et celles de la CET. Pour l'ensemble des présidents de départements, cette nouvelle taxe va limiter leur liberté de lever l'impôt, et donc de faire des choix politiques. Pour eux, le Medef sera le seul gagnant de la réforme, les entreprises payant moins d'impôts, contrairement aux ménages.

Départements de droite comme de gauche se sont aussi rejoints pour demander que le financement des actions sociales, leur principal poste de dépenses, soit "assuré à l'euro près" par des ressources nationales. Ils veulent aussi le respect de leur autonomie fiscale. billets_de_banque.jpgDéçue par l'attitude des départements de droite, Marie-Françoise Pérol-Dumont (PS, Haute-Vienne) a souhaité "poser la question de la réforme par voie référendaire". Elle a annoncé une réunion en urgence de l'ADF pour étudier les actions à entreprendre. Michel Dinet (PS, Meurthe-et-Moselle) s'est dit "persuadé que les collectivités territoriales gênent le président de la République, quelles soient de droite ou de gauche". Pour Arnaud Montebourg (PS, Haute-Saône), "c'est la fin de la décentralisation par une opération de garrottage financier". Claudy Lebreton a proposé plusieurs pistes pour se faire entendre, comme la mobilisation de l'opinion publique, ou des recours devant le Conseil constitutionnel ou la Cour européenne de justice.

 
Blog des blogs