Philippe Méoule.

Philippe Méoule.

Faire un don.

La campagne d'hiver 2012/2013 des Restos du Cœur ne se fera pas toute seule. Les dons sont les bienvenus. Tous les renseignements sur http://www.restosducoeur.org/

Derniers commentaires

Mot clé - gauche

Fil des billets

Les blogueurs de gauche "à la Une".

85px-Blason_duche_fr_Normandie_svg.pngLa blogosphère est plutôt de gauche, c'est ce qu'on pouvait lire récemment sur lemonde.fr. Tant mieux ! Les quelques semaines qui nous séparent de l'élection présidentielle doivent être utilisées par tous ces blogueurs pour démontrer combien et comment la politique menée par Sarkozy depuis 5 ans est néfaste pour les Français, pour la France et pour l'Europe.

A cette occasion, je souhaite souligner la pertinence et le dynamisme des blogueurs Hauts-Normands. Voici la liste des 10 premiers de notre région référencés sur e-buzzing, parmi plus de 300 000 ! (classement au général, dans la rubrique politique et en Haute-Normandie).

Arnaud Mouillard : général 16ème; politique 8ème; régional 1(1er Seine-Maritime)

Philippe Méoule : général 114; politique 40; régional 2 (1er Eure)

Voie Militante : général 277; politique 71; régional 3

Aurelinfo : général 465; politique 87; régional 4

UMA 76 : général 588; politique 102; régional 5

Arnaud Levitre : général 1618; politique 164; régional 6

Claude Taleb : général 3558; politique 216; régional 7

Jean-Charles Houel : général 4507; politique 238; régional 8

Alain Rey : général 6241; politique 263; régional 9

Gérard Silighini : général 15405; politique 378; régional 10

Certains blogueurs ont fait le choix de ne pas être référencés. Pour autant, ils tout aussi pointus et pertinents. Vous pouvez en retrouver certains dans mes liens sur la colonne de droite. Tous à la Une !

 

Sarkozy doute : la gauche gagnera en mai 2012...

sarko_dort.jpgDans l'esprit de Sarkozy, il y a un doute : "En cas d'échec, j'arrête la politique. Oui, c'est une certitude." (On a mal pour lui !). C'est ce que le chef de l'Etat déclare, depuis quelques jours, quand on l'interroge sur l'hypothèse de sa défaite à l'élection présidentielle en 2012. C'est donc bien qu'il l'envisage comme possible en dépit des manifestations d'enthousiasme et des protestations de confiance qu'il multiplie devant ses visiteurs.

"De toute façon, je suis au bout, ajoute-t'il. Dans tous les cas, pour la première fois de ma vie, je suis confronté à la fin de ma carrière." Celle-ci, ajoute-t-il, peut intervenir dans quelques mois ou dans cinq ans. "

Bon, ici, on préfèrerait tout de suite ! Dire que ce sera simple pour la gauche et Hollande, on ne le dira pas non plus !

Toutefois, on sent chez nos adversaires un vrai doute. Le fameux tract qu'ils ont sorti à 6 millions d'exemplaires en témoigne. Quand on titre: "Rétablissons la vérité sur notre bilan", c'est que l'on bat en retraite, c'est que l'on envisage la défaite. La gauche avait commis ce même genre d'erreur prémonitoire en affichant, dans les années Jospin :" Au secours, la droite revient !".

De plus, le contenu du tract est une mine pour les militants de gauche : chaque action est nommée et chiffrée ! Que du bonheur pour leur foutre sur la gueule !!! Ne nous gênons pas, il ne se gêneront pas non plus...

Au fond, après 10 ans de pouvoir, la droite a peut-être envie de se reposer quelques années... Ce qui ne serait pas idiot !

 

Le Sénat "de gauche" s'attaque à la réforme des collectivités locales.

s_nat___gauche.jpg(Sources : Le courrier des maires) La majorité de gauche du Sénat s'est attaquée le 2 novembre 2011 au volet intercommunal de la réforme des collectivités territoriales, avec l'examen d'une proposition de loi de Jean-Pierre Sueur (PS) qui chamboule les règles de regroupement des communes prévues par la réforme de décembre 2010. A terme, il s'agit d'abroger la réforme territoriale et de s'attaquer à la création du Conseiller territorial... Rien de moins !

La proposition de loi du président de la commission des lois reporte de deux ans la date butoir initiale (le 31 décembre 2011) et redonne la main aux élus au détriment du préfet, ce qui n'est pas rien...

Cette proposition s'inscrit dans la logique de la demande du moratoire sur l'intercommunalité adressée au Premier ministre par Jean-Pierre Bel (PS), après son élection à la présidence du Sénat. François Fillon avait alors promis plus de souplesse. Le ministre des Collectivités Philippe Richert a accepté, lui, un délai supplémentaire (jusqu'au second semestre 2012).

Les compétences aux commissions départementales de coopération intercommunale (CDCI).

La proposition de loi prévoit d'étendre les prérogatives de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI). Composée des élus concernés, elle élaborera puis adoptera dans chaque département les périmètres et conditions du regroupement des communes. Dans la loi votée en 2010, c'est le préfet qui dispose de ces compétences. Le préfet pourra arrêter le schéma mais uniquement en cas de blocage.

Le texte PS préserve également les syndicats intercommunaux existants, notamment scolaires, menacés de disparaître et proroge le mandat des élus intercommunaux.

L'UMP est montée au créneau contre ce texte en retardant l'examen des articles avec dépôt de motion de procédure, nombreux amendements, longues interventions, suspension de séance. La PPL étant inscrite dans une "niche" parlementaire dont le temps de discussion est fixé à quatre heures, elle n'a pu être votée mercredi. Elle devrait se poursuivre jeudi soir et éventuellement vendredi matin et après-midi, selon une décision du 2 novembre de la Conférence des présidents du Sénat.

La proposition de loi "remplace le dispositif de l'intercommunalité par un autre, la seule chose qui ne change pas ce sont les appellations" a lancé Philippe Richert.

Elle "remet en cause tout le travail déjà fait par les élus" et "l'ensemble d'un texte voté il y a à peine un an", a protesté le ministre. L'UMP s'est cependant retrouvée un peu seule, les centristes appuyant le texte PS qui a intégré plusieurs de leurs amendements.

Répondre aux élus de terrain.

Cette proposition de loi "a le mérite de répondre aux questions des élus de terrain, l'intercommunalité est une réalité de la vie locale", a plaidé Jacqueline Gourault au nom de l'Union Centriste. Elle a suggéré d'organiser "une discussion commune" avec un texte déposé sur le même sujet par le député et président de l'Association des maires de France (AMF), Jacques Pélissard (UMP).

Ce texte "donne la priorité de décision aux élus en faisant le pari qu'ils ont la maturité pour achever le processus", a expliqué le rapporteur PS, Alain Richard.

Christian Favier (CRC, communiste) a estimé que la proposition de loi "ouvre un chemin, règle un certain nombre de questions", mais il a rappelé au PS son engagement d'abroger la réforme territoriale.

La gauche sénatoriale présentera le 15 novembre une proposition de loi supprimant ce conseiller territorial.

 

Le Sénat à gauche : pour quoi faire ?

s_nat.jpg La gauche a remporté ce dimanche 25 septembre 2011, pour la première fois depuis le début de la Ve République, la majorité absolue au Sénat, en conquérant les 23 sièges supplémentaires qui lui étaient nécessaires, et ce 7 mois avant la présidentielle.

Evidemment, cette avance arithmétique, si elle doit être logiquement transformée en victoire pour la gauche, ne présage en rien des tractations de coulisses qui ne manqueront pas de se tenir durant toute cette semaine, avant que n'ait lieu, samedi 1er octobre, l'élection du président du Sénat.

Mais faisons donc confiance à tous ces "jeunes gens" pétris de convictions, pour qu'ils nous sortent du chapeau des jeux d'alliances auxquels personne ne comprendra rien !

Plus grave, à l'heure où l'on attend urgemment du personnel politique (très provisoire, il est vrai), qu'il prenne la main sur les financiers et les économistes prédateurs pour nous expliquer comment et pourquoi nous devons nous adapter à une ère radicalement nouvelle pour sortir de la crise, il serait regrettable que cette élection, remportée par la gauche, soit un mauvais signal envoyé aux abstentionnistes, aux aquoibonistes, à moins que ce soit aux véritables futuristes...

Alors, le Sénat à gauche, oui, mais pour quoi faire de sérieux pour l'avenir ?

 

Se conformer à la loi, garder son sang-froid.

Ca sent la rentrée ! A Gisors, l'opposition "droite dure" emmenée par Emmanuel Hyest, critique et combat la politique menée par la municipalité de gauche (à laquelle j'appartiens), ce qui est son rôle. Mais la fin ne justifie pas tous les moyens.

Se conformer à la loi.

En effet, si la Constitution de notre République permet débats et actions, souvent fructueux pour l'avancée de la démocratie et de l’intérêt collectif, il convient de garder à l'esprit que cela s'effectue dans un cadre précis, prévu par le législateur. C'est ce que l'on appelle... la LOI.

impartial_18_aout_2011.jpgAinsi, apprend-on dans l’hebdomadaire local "l’Impartial" du jeudi 18 août dernier, page 33, que des inscriptions apposées sur le mobilier urbain seraient « l’œuvre » de membres de l'association "Un autre Gisors". Il s'agit d'un acte répréhensible au même titre qu’un tag, au sens de la loi n° 79-1150 du 29 décembre 1979, "relative à la publicité, aux enseignes et pré-enseignes et intégrée dans le code de l'environnement qui prévoit un dispositif administratif et pénal pour réprimer l'affichage sauvage dans les villes, qu'il soit publicitaire ou commercial et quel qu'en soit le contenu" (...), disposant "qu'outre l'application éventuelle d'une astreinte de 75 euros à laquelle s'expose le contrevenant, une amende administrative de 750 euros (art. L. 581-26 du code de l'environnement) est applicable" (...).

Voilà bien de curieuses méthodes pour un groupe politique qui poursuit l’ambition de gérer la ville un jour… et qui se pose si souvent en donneur de leçons !

Garder son sang-froid.

Pour autant, qu'il y ait des dysfonctionnements, des ratés, des oublis et autres ornières au sein de la majorité, et donc des améliorations à apporter, c'est évident. Quelle organisation (publique ou privée), ne doit pas chaque jour remettre l'ouvrage sur le métier, interroger ses pratiques, afin d’optimiser ses performances humaines et techniques ? N'est-ce pas d’ailleurs, ce que fait (toujours dans "l'Impartial" de cette semaine, à la même page), notre ami Guy Soury, second adjoint, en charge des travaux et de l'urbanisme, même si la manière employée me semble discutable !

En effet, dénoncer par voie de presse « les manques d’anticipation et les retards de l'administration municipale » n’est ni élégant, car l’obligation de réserve interdira aux fonctionnaires de répondre publiquement, ni justifié, puisque ce sont bien les élus qui décident, orientent et contrôlent le travail que l'administration met en oeuvre avec les équipes. De telles déclarations contribuent à semer le doute dans la répartition des responsabilités entre élus et fonctionnaires qui est pourtant très claire.

A l'heure où le statut de chacun d'eux est dangereusement remis en cause par les politiques de Sarkozy et Fillon à travers la Révision générale des politiques publiques (RGPP), apporter ainsi de l'eau à leur moulin équivaut, me semble-t-il, à marquer contre son camp. Il convient donc de garder son sang-froid, ce qui n'empêche pas, bien au contraire, d'en débattre entre nous.

 

Quel couillon !

dominos.jpgNon content d'empoisonner la gauche, ce couillon-là favorise la droite. Depuis 2 mois, DSK occupe le terrain et les gogos avec ses conneries pulsionnelles, sexuelles et financières, et par un effet de dominos, tout se pète la gueule dans tous les sens (imaginez : même Douillet est devenu ministre; même le PS envisage son retour dans la course aux primaires, on croit rêver ! !). Et pendant ce temps, d'autres poursuivent leurs méfaits d'autant plus tranquillement...

Patrick Robert synthétise le cas DSK à merveille, en nous rappelant que certains avaient parlé. Et pour cela, s'étaient fait virer...

 

DSK... de gauche !? Part 2.

flic_am_ricain.jpgAvant de démissionner du FMI, DSK pouvait compter sur 317 000 euros mensuels. Le parachute doré que l'institution internationale doit lui verser - environ 176 000 euros, à titre d'"indemnité de séparation", sera le bienvenu. Tout comme la retraite à vie de 34 000 euros annuels à laquelle son contrat lui donne droit.

Car sa liberté a un prix : la caution d'un million de dollars (700 000 euros) et le dépôt de garantie de 5 autres millions de dollars (3,5 millions d'euros), pour lequel sa propriété à Washington a du être hypothéquée.

Il faudra ajouter tous les aménégements relatifs à cette surveillance, gérée par Stroz friedberg, cette même société privée à laquelle Bernard Madoff avait fait appel en 2008 : le seul loyer de l'appartement dans lequel DSK sera assigné à résidence, celui qu'il occupe actuellement n'étant qu'une solution temporaire, peut s'élever à 10 000 eiros mensuels.

DSK sera par ailleurs surveillé 24h sur 24 par un garde armé, payé près de 160 000 euros par mois. Ce vigile, un ancien du FBI, est censé, en outre, escorter l'ancien patron du FMI à chacun de ses déplacements, qui portera en prime à la cheville un bracelet électronique muni d'un GPS. Une sorte de "mouchard" destiné à traquer ses moindres mouvements.

Pour sa défense, DSK s'est entouré de deux ténors du barreau de New-York. Leurs honoraires sont d'environ 700 euros de l'heure. Ces derniers auraient discrètement approché TD International, une société de conseil basée à Washington et dirigée par d'anciens officiers de la CIA et d'ex-diplomates américains.

Des experts évaluent la facture totale entre 1 et 3,5 millions d'euros. Soit un peu plus de la moitié de ce que l'affaire Monica Lewinsky aurait coûté à Bill Clinton.

Pour le JDD, Alexandra Geneste, à New-York.

Gageons que la victime dispose des mêmes moyens et qu'ils se battront donc à armes égales. C'est le moins que puisse s'imposer un "homme de gauche". Ce dont personne ne doute, évidemment... J'avais vu un peu court dans mon précédent billet concernant les aspects financiers... Je m'en excuse !!!

 

DSK... de gauche !?

justice_dame.jpgComment ne pas être scandalisé, affligé, pétrifié ?

Oh, je ne parle pas du fond du dossier, encore que je ne goûte que moyennement l’idée du complot dont certains parlent. Mais bon, laissons la justice faire son travail.

Non, voyez-vous, mon effarement relève plutôt des quelques points suivants :

Chaque jour, des amis politiques, des collègues, les gens autorisés, comme on dit, beaucoup de gauche, la plupart au PS, nous disent qu’ils savaient. Et que le comportement de DSK n’était pas un mystère. Ah bon !? Et malgré cela, ils en ont fait leur champion et allaient nous le proposer comme le recours unique… L’homme providentiel à gauche…

A gauche ? Parlons-en, justement ! Mais de quelle gauche s’agit-il ? Qui est cet homme capable de sortir cash 1 million de dollars en liquide… avec 5 millions de garantie… et de débourser 200 000 dollars par mois pour louer un appartement cossu de Manhattan et payer un dispositif de sécurité (gardes privés, caméras, bracelet électronique…).

A gauche ? Mais faut-il rappeler qui a initié les privatisations de France Télécom et d’EDF, entre autres ? Et qui a supprimé 600 postes de fonctionnaires en arrivant au FMI ?

J’ai toujours pensé que DSK était un néolibéral. Je le maintiens. Pour le reste…

Maintenant, il incombe au PS de convaincre que leur prochain candidat est en tous points irréprochable.

 

Vendeur de matelas : une profession de gauche ?

PENTAX Image Il y a des métiers plus durs que d'autres, c'est indéniable. Celui de vendeur de matelas, au premier abord, a l'air d'être sympa (voir photo). Les mauvaises langues vont dire que c'est un métier de gauche ! Méfions-nous toutefois des apparences. On en a connu a droite qui somnolaient parfois. Et qui peut ici se targuer de connaitre vraiment cette profession de vendeur de matelas !? Peut-être a-t'il du passer la nuit à essayer les différents échantillons...

Il est clair, par ailleurs, que faire corps avec son produit, le sentir au profond de soi, l'avoir testé personnellement afin de conseiller au mieux le client est la base recherchée par tout professionnel qui se respecte. Evidemment, il est compliqué de tester toutes les situations en public et l'on voit bien dans l'air endormi de notre vendeur comme un regret dans l'oeil droit... le gauche aussi , peut-être, de ne pouvoir aller plus loin dans son talentd'essayeur !? Chaque profession a ses limites.

En tout cas, ce fut un grand moment pour les badauds qui comme moi, se promenaient ce matin sur le marché de... Oh, vous croyez que je vais balancer le pauvre garçon ? Ca va pas, non !?

 

Cantonales : communiqué des formations de Gauche.

fn_1.jpgAu lendemain du 1er tour des élections cantonales, les formations politiques de Gauche appellent au rassemblement pour faire barrage à la droite et à l'extrême-droite, dans un communiqué commun.

Communiqué.

"Les Français ont placé les candidats de gauche et les écologistes largement en tête des élections cantonales.

Ils ont voulu, par leur vote, signifier une fois de plus leur rejet des choix politiques de Nicolas Sarkozy et sanctionner l'échec du gouvernement.

Notre économie ne sort pas de la crise, notre environnement continue de se dégrader, le chômage ne diminue pas, le pouvoir d'achat régresse, les inégalités progressent et notre République est abimée.

L'abstention de millions d'électeurs sanctionne le décalage croissant entre les urgences sociales et les réponses apportées par le gouvernement.

Les Français ont également montré leur soutien aux politiques locales menées par la gauche et les écologistes qui, jour après jour, soutiennent l'emploi dans les territoires avec des politiques innovantes socialement et respectueuses de l?environnement, et défendent les services publics locaux.

Aujourd'hui, plus que jamais, la gauche et les écologistes ont une grande responsabilité. Toutes nos forces doivent être utilisées pour amplifier dimanche prochain le vote du premier tour.

Le 27 mars, il faut un maximum d'élu-e-s de gauche et écologistes.

Nous appelons toutes les forces de gauche, les écologistes, les démocrates et les républicains à se rassembler dans tous les départements, à se mobiliser et à s'unir pour battre la droite et l'extrême droite au deuxième tour des élections cantonales, derrière les candidats de gauche et écologistes arrivés en tête au premier tour.

Au-delà, nous savons que notre responsabilité est de construire une politique alternative globale et cohérente à la politique de la droite pour porter l'espoir d'une alternance politique en 2012."

 

Prendre le pouvoir pour mener une révolution républicaine : les gauches ne sont malheureusement pas prêtes !

(Source : ReSPUBLICA, liens : ndlr). Trois ans après une victoire retentissante de la droite césaro-libérale aux dépens de la gauche social-libérale, nous sommes dans une ambiance de fin de règne sans grande perspective. Le vieux se meurt que le neuf n’est pas encore là… dirait Antonio Gramsci.

Cette victoire césaro-libérale fut atteinte grâce aux votes de plus de 46 % des couches populaires votantes (ouvriers et employés) et surtout des 3 millions de voix d’avance de Nicolas Sarkozy auprès des personnes âgées de plus de 60 ans. À noter que cette victoire fut acquise avec le plus faible pourcentage de voix chez les couches moyennes de tous les candidats de droite à ce type d’élection. PENTAX Image

Trois ans plus tard, peut-on dire que la gauche a travaillé pour accroître son impact dans les couches populaires majoritaires dans le pays (rappelons que François Mitterrand fit en 1981 41 % au premier tour et plus de 75 % au second !) et chez les personnes âgées de plus de 60 ans ? Que nenni puisqu’elle continue de s’adresser principalement aux couches moyennes qui ne représentent que 42 % de la population !

(Photo : © Philippe Méoule 2009)

Lire la suite...

 

Les Français, la gauche, les sondages, Sarkozy et 2012.

Je vous l'accorde, il ne manque "qu'un ratonlaveur" au titre de ce billet! Pourtant, les sondages se suivent, et les analystes confirment qu'une tendance haussière pour la gauche (55%), s'ancrerait dans le pays, tandis que les 2 petits points gagnés par Sarkozy font tout de même état de 64% de mécontents... elysee_2.jpgLa première analyse est à lire sur RTL.fr et la seconde sur JDD.fr. Mais comme le souligne Manuel Valls, également dans le JDD de ce dimanche "La gauche doit faire des propositions crédibles pour retrouver définitivement la confiance des Français".

J'ajouterais même : TOUTE la gauche, TOUTES les gauches ! Car seul, le PS n'aura pas les clefs suffisantes pour élaborer un programme répondant aux attentes des Français qui souhaitent se reconnaître dans les propositions et qui souhaitent que celles-ci ne soient pas ternies par des guéguerres de chefs, sous-chefs et sous-sous-chefs.

 

A une semaine des régionales...

Dans une semaine, dimanche 14 mars, ce sera le premier tour de ces fameuses régionales ! Elections qui ne motivent pas, dit-on, et dont l'abstention serait le grand vainqueur. caricature_enseignante.jpgCette abstension sera d'ailleurs plus dommageable pour la droite que pour la gauche. Sarkozy l'a bien compris, comme le titre page 8, le JDD :"Hier au salon de l'agriculture, mardi dans le Doubs... Nicolas Sarkozy tente de reprendre la main. Un objectif, faire baisser l'abstention." Pour se faire une idée des tendances actuelles, le site Opinion Way propose un panel de sondages, d'observations, de comparaisons, d'analyses, région par région. Cliquez ici : « Baromètre OpinionWay – Fiducial pour Le Figaro / LCI »

On y trouve ainsi la population, le taux de chômage au 3ème trimestre 2009, l'évolution du chômage entre le 3ème trimestre 2008 et le 3ème trimestre 2009, le taux de pauvreté, la part des ouvriers, la part des cadres, le revenu brut disponible par habitant.

Les résultats du second tour de 2004 est proposé et un sondage en cours dans chaque région, comparé à la tendance nationale, par parti politique déclaré au scrutin permet une approche très fine.

Ce travail est construit à partir d'enquêtes détaillant la méthodologie adoptée. Il tient compte des évènements marquants, de ce qui préoccupe les Français, des enjeux régionaux face aux nationaux. On y trouve également des interviews de spécialistes, tels que Pascal Perrineau, directeur du Cevipof.

Certes, ce ne sont que sondages et tendances. Cela a l'immense mérite d'informer, ce qui est l'essence même de la démocratie.

D'autres sites proposent, chacun à leur manière, une approche régionale ou nationale, technique ou politique. En voilà quelques-uns : caméra diagonale, Laure Leforestier, voix militante, Sarkofrance, Arnaud Mouillard et bien d'autres...

 

C'est quoi la droite !?

S'il fallait donner (et il le faut), des réponses à la question que l'on entend parfois : "C'est quoi la différence entre la droite et la gauche ?", 3singes.jpgle Conseil municipal de Gisors du lundi 14 décembre donne des éléments concrets. Avec en prime, une belle démonstration d'union entre l'Ump Jean Lepert, et le représentant de la droite dure Emmanuel Hyest. Les responsables d’associations apprécieront certainement la suspicion « a priori » dont ils font l’objet concernant leur gestion, et les habitants seront sans doute ravis d’apprendre que leurs décorations de Noël sont considérées comme inutiles par la droite gisorsienne...

Lire la suite...

 
Blog des blogs