Philippe Méoule.

Philippe Méoule.

Faire un don.

La campagne d'hiver 2012/2013 des Restos du Cœur ne se fera pas toute seule. Les dons sont les bienvenus. Tous les renseignements sur http://www.restosducoeur.org/

Derniers commentaires

Mot clé - Fillon

Fil des billets

Un budget "pieds nickelés"...

billets_de_banque.jpgVoilà, tout le monde en a largement entendu parler ce week-end-end, le gouvernement a donc concocté son (notre !) budget 2013. Le budget est l'acte majeur d'une collectivité, quelle qu'elle soit. C'est d'ailleurs pour cela que, de manière systématique, l'opposition du moment ne la vote pas. Je dis "opposition du moment", car cela concerne autant la droite que la gauche.

En fait, je crois bien que JM Ayrault a copié les bases du budget élaborées par son prédécesseur F Fillon... Je ne vois pas d'autres explications, tant ce budget libéral, accorde toute la place qu'il convient aux recommandations européennes, tant il flatte les fameux "marchés", qui rappelons-le, ne sont rien d'autre que des fonds de pension aux mains de spéculateurs sans scrupule et contente les agences de notations !

Tout ceci est d'autant plus gênant, que pour nombre de mesures, le candidat Hollande, se présentait (le Bourget, janvier 2012), en pourfendeur de la finance mondiale, parlant de cet "adversaire invisible" qu'il combattrait sans relâche. Mais il est vrai que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent !!!

Prenons quelques exemples au débotté:

- l'annonce en fanfare de la tranche d'impôts à 75%, qui tombe finalement à 67%, puisqu'en sont exclues certaines cotisations sociales, dont la CSG... De plus, les modalités d'application de cette mesure restent floues: est-ce, par exemple, la totalité du million d'euros qui sera taxée ou uniquement la part au delà dudit million?

- le fameux gel du barème sur le revenu (pensé par le gouvernement précédent), qui va, d'un coup d'un seul, non seulement augmenter sensiblement l'impôt de ceux qui le paient déjà, mais qui de plus rendra éligible au même impôt sur le revenu, des foyers fiscaux qui ne l'étaient pas, notamment les retraités... Et qui se souvient qu'en avril dernier, le candidat Hollande déclarait tout de go à l'Expess "qu'il n'y avait pas plus injuste que cette mesure" !!! On est d'accord, M. Hollande...

- et que dire de cette énorme augmentation du tabac (du jamais vu), et de l'augmentation des bières, le tout sous couvert de santé publique... Pour le moment, on ne toucherait pas à la TVA, ce qui est dommage, car quitte à taper les couches sociales les moins favorisées et à développer l'injustice, c'est maintenant qu'il fallait le faire !!!

- dans un autre registre, l'Etat s'engage à réaliser des économies sur son fonctionnement. D'après René Dosières, d'ailleurs, il y a de quoi faire. Mais cela concerne aussi les collectivités locales, que le gouvernement précédent avait déjà taclé sévèrement. Qui dit collectivités, dit politique de proximité (crèches, écoles, voirie, securité, dépendance des personnes âgées...), ce qui signifie que ce sont à nouveau les familles qui sont visées. Bravo, la gauche, Sarkozy n'aurait pas mieux fait !!!

Oui, ce budget social-démocrate libéral à la Schroëder ou à la Blair est un budget "pieds nickelés", en cela qu'il nous arnaque, ne correspondant pas aux promesses du candidat socialiste.

Question: à quoi bon continuer à voter aux élections nationales et européennes puisque ce ne sont pas les politiques qui décident des grandes orientations, mais les spéculateurs...!?

 

Budget 2012: Fillon annonce rigueur et austérité, mais pas pour tout le monde !

clown.jpgLe budget 2012 est présenté comme un effort demandé aux "riches"... Certes, il paieront un peu plus, mais n'oublions pas que depuis 2007, le bouclier fiscal leur a largement été profitable. En revanche, l'augmentation des taxes sur tabac, alcools, assurances, et autres produits de consommation, si elle est quasi indolore pour les plus argentés, vient gréver un budget déjà bien mal en point chez les plus démunis et certaines classes dites "moyennes". En somme, quand Fillon parle de budget d'austérité, cela ne concerne pas vraiment tout le monde au même niveau... Il faudra s'en souvenir en mettant son bulletin dans l'urne présidentielle !

(Source : nouvelobs.com) - François Fillon a annoncé ce mercredi 24 août, lors d'une conférence de presse, les modalités du plan de rigueur rendu inévitable par une croissance molle et par la volonté du gouvernement de respecter les engagements financiers "intangibles" de la France.

Les prévisions :

- Les montants des efforts d'économies prévus par le plan d'austérité du gouvernement s'élèveraient à 1 milliard d'euros dès 2011 puis 11 milliards d'euros en 2012.

- Le déficit public devrait être réduit plus que prévu en 2012 grâce aux mesures annoncées mercredi par le gouvernement, à 4,5% du PIB au lieu de 4,6%.

- Le gouvernement a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour les années 2011 et 2012 en France, à 1,75% du Produit intérieur brut (PIB) en 2011 et 2012, contre 2% et 2,25% auparavant, a annoncé mercredi le Premier ministre François Fillon

Les mesures annoncées :

- Harmonisation du report des déficits en matière d'impôts sur les sociétés avec les règles en vigueur en Allemagne. L'objectif est de rapprocher les impôts des sociétés en France et en Allemagne.

- Le gouvernement inscrira dans le budget 2012 un nouveau coup de rabot de 10% sur une série de niches fiscales, après celui, du même ordre, adopté l'an dernier

- Hausse des prix du tabac, de l'alcool et des boissons à sucre ajouté

- Hausse des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, qui passeront de 12,3% à 13,5%

- Taxe sur les riches de 3% à partir de 500.000 euros de revenus annuels. Elle prendra fin quand le déficit sera réduit à 3% du Produit intérieur du brut (PIB). "Il s'agit d'une taxation exceptionnelle dont nous fixons la durée à l'objectif d'atteinte de 3% du déficit. Dès que nous aurons atteint cet objectif, cette mesure sera supprimée", a dit le Premier ministre. Cet objectif est visé en 2013.

- François Fillon a assuré que les salariés continueraient à bénéficier des abattements sur les heures supplémentaires, une mesure-phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy qu'il ne s'agit "nullement de remettre en cause". "Nous proposons d'intégrer les heures supplémentaires proposons dans le calcul des allégements généraux de charges de façon à préserver les avantages sociaux et fiscaux des heuressupplémentaires, tout en limitant les effets d'aubaine et d'optimisation pour les entreprises", a expliqué le Premier ministre. Cette mesure sera inscrite au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, présenté en septembre.

- La réforme de la dépendance des personnes âgées est une nouvelle fois reportée, à "début 2012", alors que des annonces étaient attendues pour septembre.

 

Le Ferry mis à flot par Matignon...

billets_de_banque.jpgElle est pas belle, la vie !? Tu ne te présentes pas à ton poste de travail pour lequel tu es rémunéré plus de 4000 euros par mois, au bout d'un an, ton employeur "s'en émeut", et une autorité supérieure décrète - a postériori - que tout cela est normal (puisqu'elle t'a demandé 2 ou 3 rapports bidons), et que de surcroît, ladite autorité va régler l'addition...

Ah, au fait, quand Fillon annonce que Matignon va payer pour Luc Ferry, il faut comprendre que NOS IMPÔTS vont payer ce cher, ce très cher philosophe... Sans doute a t'il interprété de manière très personnelle cette citation d'Aristote :"L'argent est une fiction..." Je me permets d'ajouter : ça dépend pour qui ! Des avis sur la question ?

 

Les vacances de Fillon et MAM.

Fillon, l'homme calme et (presque) sans reproche du gouvernement, sait trouver, non seulement les mots réconfortants pour MAM, mais aussi pour tous ceux qui depuis 2007, n'en peuvent plus devant tant d'injustice, de mépris et d'arrogance. Beaucoup de mes amis blogueurs ont commenté ces infos... mam_fillon_vacances_phm_dj.jpg (Dessin de Djony sur une idée de Philippe Méoule)

 

Sarkozy, Fillon et la dépense publique...

Fillon vient de déclarer à l'Assemblée que "la priorité absolue était la lutte contre les déficits et la réduction de la dépense publique"... bastille1.JPGFort bien ! Parallèlement, un ami m'adresse une lettre d'un "vieux Commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d'autres et c'est peu de le dire", comme il se décrit lui-même.

Nous sommes obligés de constater (mais non d'admettre), qu'il y a dépense publique et dépense publique, lutte contre les déficits et lutte contre les déficits ! Cà doit dépendre de l'endroit où l'on se trouve, de là où l'on parle et de l'angle d'attaque choisi. Sinon, je ne vois pas !

Lettre d'un commandant de gendarmerie.

"Mardi 3 mars 2010 à 11h00, l'empereur SARKOZY était chez nous, dans la Drôme...

A l'heure des économies, à l'heure où il faut se serrer la ceinture, il a encore "claqué des millions d'euros pour sa propagande !!! 1265 gendarmes déployés !!! Oui, vous avez bien lu 1265 !

Nous avons monté la garde 24h/24 à l'aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV. Son altesse ne voulant pas venir en Falcon , il est venu en Airbus (plus spacieux et nettement plus "digne" de son rang, du moins le pense-t-il). Seulement, il n'y avait pas de rampe pour le faire descendre de l'avion ; ce n'est pas grave, on en a fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel depuis Lyon !!!

Pour ne pas être gêné , l'Empereur a eu la voie rapide Valence/ Romans coupée dans les deux sens pendant 30 mn. 60 voitures d'usagers de la SNCF (sur son passage) ont été mises à la fourrière. Si jamais il y avait eu un contretemps, ce n'était pas grave : un hélico Puma était tenu à sa disposition ainsi qu'un hélico Gazelle en appui....

Il est donc allé faire le beau sur deux sites (Ecole de Chatuzange-le-Goubet et salle polyvalente d'Alixan) et pour se faire mousser, il a invité 3000 personnes à un petit vin d'honneur avant de remonter dans son avion à 14h00. Je vous laisse faire le calcul de la facture à l'adresse des contribuables que nous sommes... Dire que la France est au bord de la faillite et lui, il nous met une balle dans la nuque !

En 26 ans, j'en ai fait des services de ce genre (sous Mitterrand et sous Chirac) mais jamais je n'ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût !

Pour info, c'est une évidence, mais il est bon de le dire... au moindre sifflet, au moindre tag , à la moindre banderole hostile, le préfet sautait ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie...

Pauvre France, nous sommes tombés bien bas avec un tel imposteur ! Je suis non seulement écoeuré mais révolté que tant d'argent soit claqué et que mes voitures de service affichent 250.000 km au compteur..."



Signé : Un vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d'autres et c'est peu de le dire.

(Photo : © Philippe Méoule 2010)

 

Et le successeur de Fillon s'appellera... Fillon !

Ca y est, le remaniement, c'est plié ! Pas de vague, pas (trop) de contrariété pour les éconduits, puisqu'ils auront des os à ronger remplis de bidoche, à la différence de millions de Français ! francois-fillon-2423849_1350.jpg

Et puis Fillon l'a toujours joué bon soldat, non !? Qui sait ce dont Borloo est capable après l'apéro et qui sait ce que fera Baroin après un coup de fil de Villepin ? Non, il faut être prudent, il a raison, le petit ! Quand à MAM, moi, perso, je ne lui ferais pas confiance... Ce côté SM refoulé, ça ne me plaît guère... Un jour, j'ai eu l'occasion de la voir sortir d'un hélicoptère Puma. Quand elle vous dit bonjour avec ses gants de cuir, franchement, ça fait peur !

Bon, tout cela, pour donner suite à la chaine lancée par Yann, à laquelle je n'avais pas eu le temps de répondre. Certains, en revanche ne doivent pas avoir grand-chose à foutre de leurs journées !

 

L'équipe Fillon joue "perdant-perdant" !

Après la "dream team" Joyandet, Blanc, Yade, Woerth, voilà que Rue 89 pose la question du coût d'un voyage de Pécresse en Asie en 2008. francois-fillon-2423849_1350.jpgEt pour couronner le tout, le bon Fillon déclare sans barguigner qu'il est favorable au maintien du financement public des micropartis... Manquerait plus que Lefèvre fasse une déclaration dont il a le secret ! Ils n'ont pas de chance à l'Ump, hein !? Ils vont finir par perdre la crédibilité du populo, si ça continue... Ils ne sont pas raisonnables, non plus !!

 

Fillon : premier ministre dépité !

Fillon est dépité. Pourtant, il devrait être ravi. Il fait partie des premiers ministres qui auront tenu le plus lontemps. francois-fillon_fait_la_gueule.jpgA moins qu'il ne considère que cette situation soit préjudiciable pour la suite de sa carrière ? Car sans doute en a-t'il encore pour quelques mois. Personnellement, je le vois à Matignon jusqu'à la fin du quinquennat. Ben oui, qui acceptera d'avaler autant de couleuvres sans moufter ?

 

Fillon veut s'attaquer aux niches fiscales et sociales... Oui, mais lesquelles ?

Le Premier ministre a annoncé, ce jeudi devant les sénateurs, qu'il proposerait "le plafonnement ou la suppression de niches fiscales et sociales" dans le cadre du prochain francois-fillon-2423849_1350.jpgbudget triennal, afin de réduire le déficit public. Entendons-nous bien : le bouclier fiscal ne fait pas parti du listing...

C'est quoi des niches fiscales ?

En première estimation, il existe environ 486 niches fiscales différentes qui représenteraient un manque à gagner pour l'État de 50 à 73 milliards d'euros. En seconde estimation, il existe 509 niches fiscales, la différence avec le nombre trouvé par la mission de la commission des finances venant de niches "occultes" non apparentes sur plusieurs exercices qui se rapportent à la fiscalité locale et ne figureraient pas dans l'inventaire du document annexé au projet de loi de finances. C'est le rapport Fouquet du Conseil d'Etat rendu public le 23 juin 2008 qui clôt en quelque sorte la "querelle des niches" en donnant des pistes de réforme décisives (dont tout le monde se fout !). Il existe environ 200 dispositifs dérogatoires au seul impôt sur le revenu (IR), pour un coût total de 39 milliards d'euros en 2008. Si cette estimation est exacte, la suppression des niches ferait passer l'IR de 45 à 50 milliards d'euros à environ 85 et 90 milliards, sans affecter les autres ressources de l'Etat, et les prélèvement obligatoires augmenteraient de plus de 2 points de PIB.

Oui mais...

A quoi va-t-on s'attaquer vraiment ? A la taxation à taux zéro des plus values à long terme provenant de cessions de titres de participation qui offe un dispositif particulièrement avantageux pour les grands groupes du CAC 40 et autres fonds d'investissements, ou au plafonnement des crédits d'impôts générés par les assurances-vie de millions de Français. Va-t-on encore préférer faire des cadeaux aux copains, ou va-t-on favoriser le plus grand nombre ?

Car ne nous y trompons pas, les abattements aussi ridicules soient-ils (enfants ou parents à charge), réduction d'impôts pour l'emploi d'un chèque service sont des niches fiscales et sociales... Une aide à domicile est-elle un luxe ? Un accompagnement d'enfant handicapé est-il fastueux ?

Je crains de connaître la réponse...

Exemples de niches :

Certains investissements, sous certaines conditions dictées par la loi, permettent des amortissements dérogatoires, et donc une réduction de l'assiette d'imposition comme par exemple :

Loi Girardin sur l'investissement dans les DOM-TOM. Coût annuel: 800 millions d'euros.

Loi Besson sur l'investissement locatif,

Investissement en PEA,

Investissement dans le cinéma : Sofica

Isolation de la résidence principale.

Certaines localités permettent d'obtenir une réduction du taux d'imposition :

Zone urbaine sensible (ZUS) Ex-Zones franches urbaines (ZFU) (exonérations d'impôts sur les bénéfices, de charges sociales et patronales jusqu'à 9 ans).

Cinq niches ne sont pas plafonnées et peuvent permettre de s'exonérer totalement du paiement de l'impôt :

Investissements productifs et locatifs dans les DOM-TOM

Dispositif Malraux sur les immeubles classés

Entretien des monuments historiques

Loueurs professionnels de meublés.

 

La nouvelle architecture de l’administration préfectorale.

La Révision générale des politiques publiques (RGPP), voulue par Sarkozy, beauvau.jpgavance doucement mais sûrement. Ainsi, les préfets étaient invités mercredi 3 mars 2010, à l’hôtel de Beauvau pour une réunion au cours de laquelle François Fillon et Brice Hortefeux leur ont expliqué la réforme des services déconcentrés de l’Etat et leur nouveau rôle.

Lire la suite...

 

L'Etat ne réduit pas son train de vie, bien au contraire...

Les effectifs et les salaires ont flambé dans les ministères. Les personnels des cabinets ministériels ont vu leur rémunération matignon.jpgaugmenter de 56,8% et leurs effectifs de 11%. Ce qui fait dire au député socialiste René Dosière que "le gouvernement ne connaît pas la crise". A la différence des Collectivités locales qui, contrairement à ce que dit le gouvernement, doivent se serrer la ceinture, ne serait-ce que pour rendre les services qu'est en droit attendre le public.

Lire la suite...

 

Discours de Fillon au congrès des maires : "l'Etat doit amplifier sa mutation".

"On ne réforme pas la France contre les élus locaux". photo_terre_par_satelite.jpg Cette phrase, prononcée par... Sarkozy en 2007, explique peut-être son absence au congrès des maires, puisque, toutes sensibilités confondues, les élus locaux (communes, départements, régions), sont vent debout contre la réforme des collectivités locales et de la taxe professionnelle. C'est donc Fillon qui s'y est collé cet après-midi. En cliquant ICI, vous pourrez lire son discours, ainsi chacun pourra observer l'autisme de ce gouvernement, qui n'entend rien, ne voit rien, trop occupé qu'il est à brader les services publics à ses copains du privé... qui nous vendront cher des services moins bons. A propos de de la réforme de l'administration territoriale, il parle de performance! Allez donc raconter cela aux assistantes sociales, aux éducateurs, au Samu social, aux professeurs... Il s'agit bien de l'affrontement de 2 mondes. Nous pensons et défendons que le service marchand n'a rien à faire dans le service au public. N'oublions pas que ces réformes concernent aussi et surtout les contribuables puisque, par exemple, pour compenser la taxe professionnelle, la fiscalité devra augmenter localement afin de permettre à l'ensemble des services à la population (routes, crèches, transports, aide sociale, soins, éducation, sécurité, emploi...), de perdurer. Oui, la bataille doit être menée par chaque Français, sinon, elle sera perdue.

 

Collectivités locales : ce que Fillon ne dit pas.

Lors d'un discours au Conseil général de la Haute-Loire, au Puy-en-Velay, le Premier ministre, François Fillon, a demandé aux Collectivités locales de réduire leurs effectifs, les accusant d'être responsables de l'endettement de la nation, alors que l'Etat, lui, fait tant d'efforts ! M. Fillon francois-fillon-2423849_1350.jpgomet de donner quelques informations. Par exemple, que les Collectivités locales sont comptables de 10% de la dette publique, certes...quand les 90% restant sont à la charge de l'Etat; que 73% des investissements publics sont réalisés par... les Collectivités locales. Il oublie de dire que malgré sa politique de démantèlement des services publics, c'est en partie grâce au pouvoir d'achat des fonctionnaires que l'économie française garde le cap, quand tant de milliards sont donnés aux banques et aux plus riches... M. Fillon, a l'esprit vérouillé par Sarkozy; M. Fillon de dit pas tout. Par exemple, que les transferts de compétences de l'Etat vers les Collectivités locales (sous couvert de proximité, alors qu'il s'agit de désengagements purs et simples), sont rarement accompagnés du financement adéquat. Mais ce n'est pas nouveau, car depuis la Convention, et jusqu'à nos jours, l'Etat ne cesse de vouloir reprendre la main sur les Collectivités. Rappelons que ce n'est que le 5 avril 1884 que fut créée l'autonomie locale et que si le pouvoir des maires fut alors étendu, ce n'est qu'en 1982 (loi Deferre), que la suppression de leur tutelle fut remplacée par le contrôle " a posteriori", appelé aujourd'hui le contrôle de légalité. Rajoutons que l'Europe a imposé des normes incontournables (au nombre de 400 000 !), et que celles-ci ne font qu'augmenter les coûts que supportent les collectivités... puisque l'Etat ne les finance pas plus que les transferts qu'il impose.

Alors, oui, M. Fillon est vraiment très loin de la vérité : tout comme son patron, il ment aux Français. L'extrait de sa déclaration ci-après est navrant, quand on sait qu'il faut bien du personnel pour réaliser les tâches, les missions, les travaux sur le terrain, dans les villes comme dans les campagnes; et quand on sait, mais là, c'est une différence fondamentale de politique, qu'embaucher un fonctionnaire, tout comme embaucher dans le privé, c'est créer de la richesse supplémentaire, élargir l'assiette des cotisations, favoriser la consommation : c'est du bon sens économique, sinon humanitaire, tout simplement ! Oui, la bataille est engagée entre les tenants d'un capitalisme sauvage et sans morale, et ceux qui souhaitent un monde plus juste (ce qui n'empêchera pas le CAC 40, soit dit en passant, de se porter comme un charme). Je le pense, c'est une question de d'ETHIQUE et de MORALE.

(Le Figaro.fr) Le Premier ministre François Fillon a demandé le 18 septembre aux collectivités locales d'accroître leur effort pour réduire la dépense publique, déplorant que ces dernières recrutent 36.000 fonctionnaires par an alors que l'Etat n'embauche plus.

"L'Etat n'a pas vocation à recréer des postes. Et quels que soient ceux qui dirigeront notre pays à l'avenir, le secteur public devra continuer à réduire son poids global dans l'économie nationale", a déclaré François Fillon dans un discours au conseil général de la Haute-Loire, au Puy en Velay.

"Aujourd'hui nous avons engagé un effort de réduction du nombre de fonctionnaires en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Ce n'est pas une décision facile. C'est bien plus facile de dire «oui» à toutes les demandes qui émanent des services", a-t-il poursuivi.

"Mais dans le même temps où nous supprimons des emplois publics dans la fonction publique d'Etat, les collectivités locales recrutent 36.000 fonctionnaires supplémentaires tous les ans", a ajouté le Premier ministre.

"Comment imaginer que ce système puisse continuer ? Moi je vous le dis, il ne continuera pas, et si on n'y met pas un terme maintenant, plus on attend, plus ça va être brutal le jour où il faudra faire les révisions politiques nécessaires", a encore dit François Fillon.

Poids de la dette

Après avoir la veille revu à la hausse les prévisions de croissance pour 2009 et 2010, le Premier ministre a répété que le pays devrait se dégager au maximum du poids de sa dette s'il voulait sortir gagnant de la crise.

"Cet endettement qui n'a cessé de croître depuis 36 ans est un boulet qui ne cesse de peser sur l'avenir de notre économie nationale", a-t-il martelé au terme de ce déplacement en Auvergne aux côtés du secrétaire d'Etat à l'Emploi et maire du Puy, Laurent Wauquiez.

 
Blog des blogs