Philippe Méoule.

Philippe Méoule.

Faire un don.

La campagne d'hiver 2012/2013 des Restos du Cœur ne se fera pas toute seule. Les dons sont les bienvenus. Tous les renseignements sur http://www.restosducoeur.org/

Derniers commentaires

DSK entame une thérapie...

DSK a décidé de lutter contre son addiction... Pourvu que ça marche ! dsk_se_soigne.jpg

 

Quel couillon !

dominos.jpgNon content d'empoisonner la gauche, ce couillon-là favorise la droite. Depuis 2 mois, DSK occupe le terrain et les gogos avec ses conneries pulsionnelles, sexuelles et financières, et par un effet de dominos, tout se pète la gueule dans tous les sens (imaginez : même Douillet est devenu ministre; même le PS envisage son retour dans la course aux primaires, on croit rêver ! !). Et pendant ce temps, d'autres poursuivent leurs méfaits d'autant plus tranquillement...

Patrick Robert synthétise le cas DSK à merveille, en nous rappelant que certains avaient parlé. Et pour cela, s'étaient fait virer...

 

Le Barbier (de Séville)... ou la précaution inutile (de DSK).

PENTAX ImageAujourd'hui, la douceur de l'été revenue, j'ai fait un tour en moto entre Vexin Normand, Pays de Bray et Pays de l'Andelle. Lyons-la-Forêt, St-Saens, Forges-les-Eaux, Bosc-Bordel (si, si, c'est le nom d'un village !), Blainville-Crevon (aussi !), et, au détour d'une jolie route, je tombe sur le village de RY, sur les traces de Flaubert.

Un restaurant appelé "Le Bovary", nous accueille sous ses colombages et sur sa terrasse ombragée. Un menu gourmand, des vins voluptueux s'étalent sur la carte. Mais bon, je suis en moto !

Installé confortablement, je vois de l'autre côté de la rue de ce village de 800 âmes une boutique à l'enseigne étonnante autant que désuète : "Barbier".

J'interroge la patronne qui me dit que ce village a la particularité d'être le plus pourvu de France en nombre de commerces ramenés au nombre d'habitants. Effectivement ! Des commerces utiles pour tous, ayant su garder leur cachet, dans un décor IXème siècle... Et ce n'est pas un "dictionnaire des idées reçues" que me raconte cette bonne dame.

Connaissant un peu le thème du Barbier de Séville et m'intéressant aussi un peu (!) à l'actualité, j'ai fermé les yeux. Je me suis dit que j'étais bien là où j'étais, que j'avais envie d'y rester et que je ne souhaitais plus jamais entendre parler (de) certaines personnes...

La précaution inutile... forcément inutile.

 

Le PS vient de passer son tour pour 2012.

roses_fan_es.jpgLa journée d'hier fut un florilège d'aberrations. Nombre de "chefs à plumes" du PS envisageaient de revoir les règles des primaires tandis que la presse (la journée spéciale France info étant le top !), tentait d'expliquer, d'analyser sur tous les tons que puisque la victime ne s'était pas montrée fiable sur d'autres sujets, l'essentiel de l'accusation tombait... Ah bon !? C'est un peu comme si je tuais 2 personnes à un arrêt de bus et que l'une d'elle étant droguée, on ne retienne qu'un seul meurtre... Bon ! Et cela justifierait que je retrouve ma liberté, mon job, et que tous mes amis me refassent immédiatement confiance !? Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai le sentiment amer (très amer), que cela n'est pas la vraie vie... Et cela se passe chez les socialistes qui critiquent tellement la gestion sarkozyste depuis 4 ans. Je crois bien que ces gens-là, en prenant une fois de plus les gens pour des cons, viennent de passer définitivement leur tour pour 2012... Dommage !

Je ne suis pas tout seul à m'étrangler sur le sujet, hein !...

 

DSK : les lésions dangereuses...

DSKfutur_2__1_.gif Mieux vaut en rire de peur d'être obligé d'en pleurer... Merci à Pauline pour l'envoi de ce dessin que je publie en attendant d'écrire un billet durant le week-end, fort des déclarations des uns et des autres. L'incongruité de changer les règles du jeu des primaires étant un bel angle d'attaque...

 

Christine Lagarde remplace DSK au FMI : ou une femme de droite pour un homme de travers !

DSK_tribunal_1.jpg (Source: Nouvelobs.com). La Française Christine Lagarde a été désignée mardi 28 juin directrice générale du Fonds monétaire international, succédant à un autre Français, Dominique Strauss-Kahn, pour devenir la première femme à ce poste. (NDLR : Une femme de droite remplace donc un homme de travers, et les pays pauvres n'y gagneront rien. Pendant ce temps, Martine aubry, celle qui savait tout sur DSK et tentait de nous le fourguer comme président, déclarait sa candidature à Lille, gare St-Sauveur... Un gag ?)

Le FMI, aux prises avec une profonde crise dans la zone euro, a annoncé dans un communiqué que son conseil d'administration avait choisi Christine Lagarde, 55 ans, sans préciser s'il était parvenu à cette décision à l'unanimité. Le FMI a en effet précisé que son conseil d'administration était parvenu à cette décision "par consensus", sans plus de précision.

Christine Lagarde avait un seul candidat face à elle, le gouverneur de la Banque du Mexique Agustin Carstens, 53 ans. Tous deux ont fait campagne dans le monde entier, avant de plaider leur cause devant les 24 membres du conseil d'administration.

"Chers amis, c'est un honneur et une joie de vous annoncer que le conseil d'administration du FMI vient de me désigner Directrice générale!", a déclaré sur Twitter la première femme à diriger l'institution de Washington.

L'Elysée a aussitôt réagit en évoquant "une victoire pour la France". "La présidence française se réjouit qu'une femme accède à cette importante responsabilité internationale", a fait savoir l'Elysée. "Le président Nicolas Sarkozy vient de s'entretenir au téléphone avec Mme Lagarde pour la féliciter après sa désignation comme directrice générale du FMI", a-t-on également affirmé de même source.

Ovation.

Un peu plus tôt dans la journée, Christine Lagarde s'est rendue à l'Assemblée nationale pour faire ses adieux aux députés UMP.

Pour sa -probable- dernière réunion hebdomadaire, à huis clos, du groupe UMP, elle a reçu une véritable ovation des députés présents, selon des participants.

Christine Lagarde a rappelé à cette occasion toutes les démarches entreprises à travers le monde pour sa campagne pour succéder à Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI, et est apparue très confiante sur ses chances de l'emporter.

En effet, le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner a annoncé au même moment que les Etats-Unis soutenaient la candidature de la ministre de l'Economie, tout comme la Russie, lors de l'élection du directeur du Fonds monétaire international (FMI).

"Le talent exceptionnel" de Lagarde .

"Je suis heureux d'annoncer notre décision de soutenir Christine Lagarde pour diriger le Fonds monétaire international", a annoncé Timothy Geithner dans un communiqué.

"Le talent exceptionnel et la vaste expérience de Christine Lagarde apporteront une direction incomparable à cette institution, indispensable à un moment critique pour l'économie mondiale", a ajouté Timothy Geithner.

"Nous sommes encouragés par le large soutien qu'elle a obtenu parmi les membres de FMI, y compris les économies émergentes", a-t-il ajouté.

Timothy Geithner a également salué la candidature "forte et très crédible" de son "ami" mexicain Agustin Carstens.

Douze administrateurs en sa faveur.

Christine Lagarde a gagné depuis lundi des soutiens de poids avec la Chine, la Russie et les Etats-Unis. Cela porte à douze sur 24 le nombre d'administrateurs en sa faveur, en comptant les sept représentants de l'Union européenne, un Egyptien et un Togolais.

Face à elle, Agustin Carstens peut se prévaloir de quatre soutiens: son compatriote mexicain, et des administrateurs argentin, australien et canadien.

Le Japon, le pays ayant le plus de droits de vote avec les Etats-Unis, n'a pas fait connaître son choix.

Le conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) se réunit mardi à partir de 10h (14h GMT) pour se pencher sur les candidatures de Christine Lagarde et Agustin Carstens et pourrait faire tout de suite son choix.

Les membres de cette instance, 23 hommes et une femme, souhaitent désigner jeudi au plus tard le successeur du Français Dominique Strauss-Kahn, "par consensus". Si ce consensus ne se formait pas, un vote aurait lieu.

 

DSK vs Victor Hugo...

coq.jpgOui, mon règne est passé...

Renvoyé, disgracié, chassé !

Ah ! Tout perdre en un jour !...

Oui, pour une amourette,

Chose, à mon âge, sotte et folle, j'en conviens !

Avec une suivante, une fille de rien !...

On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,

Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour...

Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,

Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,

Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule

Au milieu des éclats de rire de la foule !

Victor Hugo, Extraits choisis de Ruy Blas, Don Sallustre dans l’acte 1, scène 1

Alors, on en pense quoi ?

 

Présidentielle 2012 : l'affaire DSK modifie les intentions de vote de près d'un tiers des Français.

urne_de_vote.jpgD'après un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur (qui ne reste qu'un sondage, j'en conviens !), publié mardi 14 juin, près d'un Français sur trois a revu sa position pour l'élection présidentielle de 2012 après l'arrestation à New-York de l'ancien directeur du FMI, et ex-probable candidat socialiste à la présidentielle, Dominique Strauss-Kahn. Ainsi, 28% des Français interrogés déclarent que la mise hors-jeu de DSK pour 2012 les a conduit à revoir leur position personnelle.



"Les rapports de forces électoraux ont été repensés au cours du mois écoulé, avec le retrait d'une candidature probable qui séduisait aussi au centre et à droite", note l'institut LH2, qui souligne que toutes les proximités partisanes sont concernées.



Si c'est auprès des sympathisants socialistes que l'on trouve la plus forte part d'individus ayant revu leur position (42%), "on note que l'impact de l'absence de Dominique Strauss-Kahn dans 'l'équation présidentielle' pour 2012 transcende les clivages partisans avec une part importante de 'positions revues' auprès du Modem (33%) et de l'UMP (22%)". De même, 25% des personnes qui avaient voté Nicolas Sarkozy en 2007 ont déclaré avoir changé leur position après le forfait de l'ancien chef du FMI.



A l'inverse, 69 % estiment que cet événement n'a pas modifié leur réflexion, dont 60% "pas du tout". Seuls 3% des Français ne se sont pas prononcé sur cette question ce qui, selon LH2, dénote un sujet particulièrement impliquant.



Des femmes plus concernées.



L'affaire DSK a particulièrement pesé sur la réflexion des femmes (32%), des jeunes entre 18 et 24 ans (36%) et des employés (31%), mais aussi des habitants de la région parisienne (36%) et des cadres (31%), populations traditionnellement acquises à l'ancien maire de Sarcelles.



Le chef de groupe du département opinion institutionnel de LH2, Erwan Lestrohan, estime "que cette redistribution des cartes bénéficiera, au moins en partie, au président sortant qui retrouverait ainsi une part de son électorat que Dominique Strauss-Kahn avait séduit."



(Sondage LH2 pour le Nouvel Observateur réalisé par téléphone les 10 et 11 juin 20011 auprès d'un échantillon de 967 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.)

Le Nouvel Observateur

 

DSK à la rubrique faits divers; les socialistes disqualifiés.

roses_fan_es.jpgVoilà ! Celui que les responsables actuels du PS nous présentaient il y a encore peu comme le combattant unique de Sarkozy et de son clan arrogant, comme le sauveteur des petites gens face aux débauches néolibérales de cette droite RGPPiste, ou encore comme le M. Propre qui allait nettoyer les écuries d’Augias d’un pays ruiné par la mondialisation, celui-là, donc, « the perv », comme l’appellent dorénavant les Américains, est « visitable » à la rubrique faits divers des gazettes.

En tout cas, cela ne saurait tarder car la seule raison, en effet, de le trouver à la « Une » des journaux, est qu’il fait encore vendre du papier. Pour combien de temps ? Comme pour Haïti, Fukushima,ou les printemps arabes, le rouleau compresseur de la communication de masse passera vite à autre chose. « The show must go on ». DSK n’y dérogera pas : encore quelques jours, et hop, il faudra « descendre » en page 10 ou 12 pour accéder à un entrefilet, coincé entre un voleur de voitures et un petit dealer de quartier. Ce pourra très bien être aussi un petit délinquant harceleur de jeunes femmes…

Disqualification.

Au PS, on savait. Dans les milieux politiques et économiques, on savait. Dans les rédactions, on savait aussi ! A tel point que certaines journalistes ne voulaient plus interviewer notre homme, et que pour les plus téméraires d’entre elles, les rédacteurs en chef leur conseillaient de se faire accompagner. Rien que çà… Donc, les milieux autorisés, comme disait Coluche, savaient et nous prenaient pour des gogos ! Merci à eux.

Que des journalistes se taisent de peur de perdre leur emploi, cela se comprend ; que leur hiérarchie garde le silence sous couvert de déontologie devient à ce niveau de gravité un peu plus tendancieux. Que tous les autres aient fait l’autruche ou s’en soient amusés est simplement choquant, scandaleux, disqualifiant.

Oui, je mesure mes propos, et pense que ceux, notamment à la direction du PS, qui savaient, sont disqualifiés et devraient, comme l’avait fait pour d’autres raisons, un de leur ancien leader « tirer toutes les conséquences et se retirer de la vie politique… ».

Comment envisagent-ils une seule seconde tenir des discours de moralisation de la vie politique ? Comment songent-ils nous expliquer la nécessité de faire des efforts dans notre quotidien ? Comment auront-ils l’audace de nous parler d’intégrité ? Comment auront-ils l’arrogance de se présenter devant les électeurs ? Comment pensent-ils que l’ont va voter pour eux ? De qui se moquent-ils ? Pour qui se prennent-ils ?

Plusieurs personnes m’en sont témoins, j’ai toujours pensé et dit que « DSK était de gauche comme je suis curé ! ».

Mais, homme de gauche convaincu et bien que non-encarté au PS (ni ailleurs), je me disais qu’il faudrait jouer collectif le moment venu. Je me disais que j’avais un an pour trouver au directeur du FMI des atours de gauche… Je m’y résolvais tant bien que mal, en me consolant d’un possible départ de Sarkozy ! Mais je ne me faisais guère d’idées sur sa politique économique, sur son approche de la mondialisation et je l’attendais bec et ongles sur la révision des politiques publiques (RGPP), sur la réforme des Collectivités locales, sur les hôpitaux, sur la carte judiciaire, scolaire, bref, sur l’ensemble des réformes mises en place depuis 2007. Mais, je le répète, je ne me faisais aucune idée. Je pensais juste que la méthode serait moins violente…

Et ce n’est pas le choix du PCF pour Mélenchon qui va me rassurer… Mais je garde le moral, tant la vie vaut d’être vécue.

Bien entendu, l’avis de tous intéressera les lecteurs de ce modeste blog. Aussi, blogueurs, lecteurs, commentateurs, faites vous plaisir sur votre clavier

 

A chacun son concombre, sa vache folle, son Tchernobyl, son DSK...

concombre_masqu_.jpgFranchement, les espagnols n'ont pas à se plaindre. Leurs concombres sont pourris et impropres à la consommation, soit ! C'est gênant, c'est embêtant, mais, comme pour la vache folle d'un autre pays européen en son temps, on s'en remettra. Hé ! Ho ! On s'est bien remis de Tchernobyl, non !?... Alors !

Non, nous en France, on est décidément les plus forts... Et globalement, on est bien plus emmerdé, tout en pensant qu'on a la plus grosse. Ah bah, c'est forcé, çà, hein ! On est comme çà, nous : on a eu Mitterrand, la grande arnaque à gauche; permettez-moi d'épargner Chirac, le grand couillon de service à droite; on a aujourd'hui Sarkozy, le fossoyeur de la République, et on nous vendait, jusqu'il y a peu DSK, la vertu faite homme... Que l'on nous appelle "CON" tout de suite, on devrait gagner du temps...

Franchement, les Espagnols, ils sont gentils, je les adore, mais avec leurs concombres, ils jouent petits bras, non !?...

Ah, y'a des jours, qu'est-ce qu'on aimerait avoir des problèmes de concombres, hein !? Juste des problèmes de concombres... même masqués...

 

Tristane Banon et Anne Mansouret méritent notre écoute face à DSK.

Anne_Mansouret.jpgJ'ai rencontré Anne Mansouret pour la première fois dans les années 1990. Nous étions ensemble au PRG, dans le département de l'Eure. Anne Mansouret atypique ? Oui. Anne Mansouret ambitieuse ? Oui. Mais Anne Mansouret courageuse. Du courage, en effet, il lui en faut pour oser, en province, faire le même métier que ces "z'hommes politiques" (souvent culs-terreux, toujours machistes), et le faire mieux qu'eux : en leur renvoyant éventuellement à la gueule leurs 4 vérités... Alors évidemment, ça les énerve les "z'hommes politiques" ! En plus, puisqu'elle n'a peur de rien ni de personne, elle agit de la même façon à Paris... C'est dire si elle se fait des copains, Anne !

Alors, dans l'histoire DSK, j'ai l'intime conviction que la bataille qu'elle mène pour et avec sa fille, Tristane Banon, est un combat juste, pour qu'éclate la vérité. Anne Mansouret ne fait rien gratuitement et sait où sont ses intérêts. C'est une bataille qu'elle ne mènerait pas si tout cela était pipoté. Je le sais. Par ce billet, j'exprime ma honte sur le comportement de DSK et apporte mon total soutien à Tristane Banon et Anne Mansouret. Lire l'article paru sur Rue 89.

Lire la suite...

 

DSK... de gauche !? Part 2.

flic_am_ricain.jpgAvant de démissionner du FMI, DSK pouvait compter sur 317 000 euros mensuels. Le parachute doré que l'institution internationale doit lui verser - environ 176 000 euros, à titre d'"indemnité de séparation", sera le bienvenu. Tout comme la retraite à vie de 34 000 euros annuels à laquelle son contrat lui donne droit.

Car sa liberté a un prix : la caution d'un million de dollars (700 000 euros) et le dépôt de garantie de 5 autres millions de dollars (3,5 millions d'euros), pour lequel sa propriété à Washington a du être hypothéquée.

Il faudra ajouter tous les aménégements relatifs à cette surveillance, gérée par Stroz friedberg, cette même société privée à laquelle Bernard Madoff avait fait appel en 2008 : le seul loyer de l'appartement dans lequel DSK sera assigné à résidence, celui qu'il occupe actuellement n'étant qu'une solution temporaire, peut s'élever à 10 000 eiros mensuels.

DSK sera par ailleurs surveillé 24h sur 24 par un garde armé, payé près de 160 000 euros par mois. Ce vigile, un ancien du FBI, est censé, en outre, escorter l'ancien patron du FMI à chacun de ses déplacements, qui portera en prime à la cheville un bracelet électronique muni d'un GPS. Une sorte de "mouchard" destiné à traquer ses moindres mouvements.

Pour sa défense, DSK s'est entouré de deux ténors du barreau de New-York. Leurs honoraires sont d'environ 700 euros de l'heure. Ces derniers auraient discrètement approché TD International, une société de conseil basée à Washington et dirigée par d'anciens officiers de la CIA et d'ex-diplomates américains.

Des experts évaluent la facture totale entre 1 et 3,5 millions d'euros. Soit un peu plus de la moitié de ce que l'affaire Monica Lewinsky aurait coûté à Bill Clinton.

Pour le JDD, Alexandra Geneste, à New-York.

Gageons que la victime dispose des mêmes moyens et qu'ils se battront donc à armes égales. C'est le moins que puisse s'imposer un "homme de gauche". Ce dont personne ne doute, évidemment... J'avais vu un peu court dans mon précédent billet concernant les aspects financiers... Je m'en excuse !!!

 

DSK... de gauche !?

justice_dame.jpgComment ne pas être scandalisé, affligé, pétrifié ?

Oh, je ne parle pas du fond du dossier, encore que je ne goûte que moyennement l’idée du complot dont certains parlent. Mais bon, laissons la justice faire son travail.

Non, voyez-vous, mon effarement relève plutôt des quelques points suivants :

Chaque jour, des amis politiques, des collègues, les gens autorisés, comme on dit, beaucoup de gauche, la plupart au PS, nous disent qu’ils savaient. Et que le comportement de DSK n’était pas un mystère. Ah bon !? Et malgré cela, ils en ont fait leur champion et allaient nous le proposer comme le recours unique… L’homme providentiel à gauche…

A gauche ? Parlons-en, justement ! Mais de quelle gauche s’agit-il ? Qui est cet homme capable de sortir cash 1 million de dollars en liquide… avec 5 millions de garantie… et de débourser 200 000 dollars par mois pour louer un appartement cossu de Manhattan et payer un dispositif de sécurité (gardes privés, caméras, bracelet électronique…).

A gauche ? Mais faut-il rappeler qui a initié les privatisations de France Télécom et d’EDF, entre autres ? Et qui a supprimé 600 postes de fonctionnaires en arrivant au FMI ?

J’ai toujours pensé que DSK était un néolibéral. Je le maintiens. Pour le reste…

Maintenant, il incombe au PS de convaincre que leur prochain candidat est en tous points irréprochable.

 

Hollande ou Fabius.

fabius_hollande.jpgVoilà, quoiqu'il arrive maintenant, que DSK soit coupable ou innocent, il ne sera pas, il ne pourra pas être candidat. De toute façon, on pouvait compter sur la droite pour lui préparer quelques surprises, savamment distillées durant la campagne, qui auraient jeté le doute dans l'esprit des Français... Comme le dit Yann, un ressort est cassé.

Mais la vie, ce rouleau compresseur au mouvement perpétuel, continue d'avancer. Au PS aussi. Après tout, c'est normal. Ne nous a-t'on pas dit que le projet comptait avant tout ? La question est donc de savoir maintenant qui sera le mieux placé pour porter ce projet ?

La présidentielle est la rencontre d'un homme (d'une femme), avec les Français.

Pour moi, seuls Hollande ou Fabius en ont la stature. Hollande a ce petit plus "social" que n'a pas Fabius, et ce dernier a pour lui d'être une machine de guerre. Il paraît qu'ils ne s'apprécient guère. L'heure n'est plus aux empoignades de congrès et les Français jugeront vraisemblablement le PS selon sa capacité à rassembler, à fédérer, à transcender.

Il serait intelligent qu'ainsi, à l'unisson, le PS joue très rapidement les primaires sur ces 2 têtes et que la campagne démarre tout aussi rapidement. Les handicaps sont nombreux et chaque minute perdue comptera à l'arrivée.

 

L’après DSK…

dsk_2.jpg5h22 ce jour : dernière minute sur nouvelobs.com : « DSK arrêté à New-York pour agression sexuelle présumée… ». Canular ? Mauvais gag ? Provocation ?

Rien de tout cela, DSK est bel et bien en garde à vue dans un commissariat de New-York, comme la presse s’en fait largement écho. Bien entendu, DSK demeure présumé coupable, donc innocent, durant l’enquête et avant tout jugement rendu. C’est en tout cas la position indéfectible tenue sur ce blog.

Des questions et des réflexions.

Se retrouver dans une telle situation pour le directeur du FMI appelle tout de même quelques réflexions, quelques questions, à l’instar d’Ivan Levaï dans sa revue de presse de ce dimanche matin sur France Inter : concernant l’homme, sa situation professionnelle actuelle, ses ambitions nationales, les implications d’un tel tsunami au PS, à gauche et dans le monde politique français en général, mais aussi et surtout sur l’image qui est renvoyée aux Français (et aux autres), et dont on sait que, quelle que soit le résultat, elle laissera des traces.

Voilà en tout cas les questions et réflexions qui me viennent « à chaud ».

DSK, de par ses fonctions, aurait perdu le sens des réalités et ne verrait pas, dans un tel acte, où est le mal ? La justice doit passer.

DSK ne maîtriserait pas d’hypothétiques pulsions ? Il doit être soigné.

Dans ces 2 cas il ne pourrait prétendre à la plus haute fonction de notre République.

DSK aurait été manipulé par un lobby dans le cadre de son actuel poste au FMI : un lobby politique ? Financier ? Antijuif ?

L’UMP aurait soudoyé la femme de chambre pour écarter DSK de la présidentielle ? Qui peut y croire sérieusement ?

Dans ces 2 cas, il faudrait que la police passe au peigne fin la carrière de la femme de chambre, d’une part, et fournisse les noms des commanditaires, d’autre part.

Inconséquence d’un homme ou complot contre celui-ci, on eut préféré que tout cela n’existât pas, car, quoiqu’il en soit, le doute est maintenant jeté dans l’inconscient collectif et la candidature de DSK à la présidentielle fortement compromise.

Et si c’était le moment de rebondir ?

Après l’émotion, il faudra revenir à la « realpolitik ». Alors, allons-y !

On a lu et entendu que les dès étaient pipés pour les primaires socialistes entre Aubry et DSK. On a parlé « de petits arrangements entre amis ». On sait que l’appareil PS met tout en œuvre et organise la campagne en fonction du calendrier du directeur du FMI. On sait que Royal n’est plus vraiment crédible. On sait que les Montebourg et autres « petits » candidats ne sont là que pour exister après l’élection.

Sans DSK, il reste donc 2 candidats possibles : Hollande et Aubry.

Le premier s’est non seulement déclaré, mais il y croit, travaille dur, et est déjà en campagne active. François Hollande a la carrure d’un homme d’Etat. La seconde traînait les pieds jusqu’à ce jour dans l’attente de la déclaration de DSK. Martine Aubry va devoir changer de tempo et se positionner vraiment.

Bien entendu, cette désaffection forcée peut donner des idées à certains qui ne se sont pas prononcés. Je pense par exemple à Laurent Fabius. Son sens politique aigu, son expérience du pouvoir, son entregent dans tous les milieux nationaux et internationaux, font de lui, un des mieux placés techniquement pour contrer Sarkozy. Il n’a qu’un handicap, mais qui n’est pas des moindres : les Français ne l’apprécient guère.

En tout cas, profiter de cette redistribution forcée pourrait permettre au PS d’arrêter d’attendre le candidat providentiel et de tergiverser autour des primaires. Cette probable nouvelle donne doit permettre au PS d’entrer dans cette campagne en écoutant leurs partenaires politiques et les Français qui attendent tellement que change leur vie…

A l’inverse, il ne faudrait pas que cette déconvenue supplémentaire profite un peu plus à Le Pen.

 

Les Grecs n'aiment plus DSK...

sarko_et_dsk.jpgPffff, ça part mal pour le prochain président candidat de Gauche français du monde. Une malencontreuse déclaration a choqué nos amis Grecs. Ils ne seraient pas un peu susceptibles, ces Grecs là. C'est fou, en ce moment, le nombre de personnes qui perçoivent des propos insultants? Ca doit être l'arrivée du printemps...

(Source : l'Humanité) Nicolas Sarkozy n'a pas visionné le documentaire consacré à Dominique Strauss-Kahn sur Canal+, dimanche dernier, et le fait savoir par le site lexpress.fr. mais les grecs l’ont regardé. Depuis dimanche, toutes les télévisions grecques passent en boucle les propos que Dominique Strauss-Kahn, toute la presse s'en fait l'écho et provoque un tollé en Grèce, rapporte le Figaro.

Dans le documentaire, qui suit le patron du FMI au siège de l'institution et à travers le monde, la candidature de DSK à l'élection présidentielle de 2012 semble de plus en plus évidente. On y voit le directeur général du FMI voulant jouer la compréhension face aux invectives des manifestants grecs à Athènes. Devant la caméra, «DSK» se lâche: « La réalité, c'est que ces gens-là, ils sont dans la merde. Et y sont gravement, déclarait le patron du FMI. Ils ont beaucoup bricolé, ils savent très bien qu'ils ne paient pas d'impôts, que c'est un sport national de ne pas payer d'impôts en Grèce, que ça truande un maximum. Mais d'un autre côté, si on n'était pas venu à la dernière minute quand ils nous ont demandé de venir, ils seraient tombés au fond du gouffre. », affirme le directeur du FMI.

Des déclarations qui passent mal dans l'opinion publique grecque alors que le pays, déjà humilié par son recours à l'aide du FMI et affaibli par une cure d'austérité historique, s'apprête à endurer une troisième année de récession. Depuis dimanche, presse écrite, journaux télévisés, émissions politiques, éditorialistes et politiciens se relaient pour réagir, parfois violemment au propos de «DSK». «Venant d'un socialiste, qui en plus, veut être président de la République française, c'est trop !, estime Notis Papadopoulos, directeur de la rédaction de Ta Nea. Il dénigre les sacrifices du peuple grec face à la sévérité du plan de rigueur imposé par le FMI », critique-t-il. Georges Papaconstantinou, ministre des Finances grec, vient de lui demander au nom de son gouvernement des explications.

 

Présidentielle : DSK, c'est parti !...

sarko_et_dsk.jpgDominique Strauss-Kahn a-t-il décidé d'être candidat à la présidence de la République ? La réponse est oui. Par François Bazin et Matthieu Croissandeau. (Nouvelobs.com). La vraie question est : en quoi DSK proposera-t'il une politique radicalement différente de celle de Sarkozy (NDLR).

Ceux qui s'interrogent encore sur la détermination de Dominique Strauss-Kahn ont un train de retard. Jusqu'à l'ouverture officielle du processus des primaires socialistes, DSK ne dira rien de définitif. Il s'en tiendra au langage des signes qui peut énerver mais ne souffre plus guère d'ambiguïté. En juin, il quittera son poste au FMI pour plonger dans le grand bain de la politique hexagonale. Parce qu'il croit qu'il peut battre Sarkozy ; parce qu'il pense que son projet pour la France est adapté aux exigences de l'heure ; parce qu'il ne voit pas, dans le cheptel socialiste, celui ou celle qui réunit, mieux que lui, cette double exigence.

Qu'en dira t'on demain au KDB ?

Lire la suite...

 

Martine Aubry en campagne avec le JDD.

Pendant que Ségolène Royal déclarait à qui voulait l'entendre quelle serait candidate et que Domminique Strauss-Kahn ferait un bon premier ministre, Martine Aubry était dans sa campagne et s'occupait du plan grand froid à Lille. Cà a quand même plus de classe, non !? Je veux dire, pour une socialiste !DSK__aubry__royal.jpg

Le paradoxe est que dans le même temps, Royal se faisait braquer son appartement, au risque de devoir coucher dehors ! Las d'un silence assourdissant, Martine Aubry a invité le JDD à faire un tour dans ses salons... Petit résumé explicatif.

Lire la suite...

 

Welcome !

Vous avez forcément entendu parler , sinon vu ce film de Philippe Lioret. Le Ministre de l'immigration, transfuge du PS, aujourd'hui cadre de l'Ump, Eric Besson, accusait le cinéaste d'avoir "plus que franchi la ligne jaune lorsque, dans une interview à La Voix du Nord, il déclara : ‘'les clandestins de Calais sont l'équivalent des juifs en 43 : welcome.jpgcette petite musique-là est absolument insupportable". Philippe Lioret aurait démenti, peu importe. SI ce n'est déjà fait, allez voir ce film-documentaire. Voyez comment le pseudo "pays des droits de l'Homme" traîte des êtres humains qui ne demandent qu'à vivre, et comment la législation française récente est organisée pour traquer ceux qui leur fournisse la moindre aide (5 ans de prison et 45 000 euros d'amende). Si le problème des clandestins n'est pas simple, la réponse actuelle (s'inspirant d'un triste et sombre passé) est pour le moins inadaptée.

Lire la suite...

 

Brèves commentées.

Chaque semaine, je diffuserai quelques brèves commentées. N'hésitez pas à "rebondir" et à m'adresser vos propres coups de coeur ou coups de gueule. Je les publierai également. Ensemble, bloguons plus! Les thèmes de la semaine : la faim dans le monde; la réforme de l'audiovisuel public; PS : vous fatiguez pas, les filles!

Lire la suite...

 
Blog des blogs