explosion_nucl_aire.jpgLes provocations inacceptables et répétées de l'Iran trouvent des réponses en symétrie avec des personnalités comme celles de Sarkozy, Voilà qui n'augure rien de bon. On sait en effet qu'une des solutions à la crise économique que nous traversons est la guerre. Notre passé l'a, hélas, démontré. Il ne faudrait pas que des caractères fiers et belliqueux nous entrainent dans un bourbier qui serait forcément nucléaire.

(Source : Le Nouvel Observateur - AFP). La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a déclaré mercredi 30 novembre au soir le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"Compte-tenu cette violation flagrante et inacceptable de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques et de la gravité des violences, les autorités françaises ont décidé de rappeler en consultation l'ambassadeur de France en Iran", a indiqué le porte-parole Bernard Valero, dans un communiqué.

"Rappeler les autorités iraniennes à leurs obligations".

"La France a dénoncé, hier (mardi), de la manière la plus ferme le saccage de l'Ambassade britannique à Téhéran. Aujourd'hui, le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé a convoqué le chargé d'affaires iranien à Paris pour lui réitérer la condamnation de la France et pour rappeler les autorités iraniennes à leurs obligations", a-t-il ajouté.

Plusieurs pays européens ont déjà rappelé leur ambassadeur en consultation (Allemagne, Suède) ou envisagent de fermer leur ambassade, comme l'Italie.

Un "nouveau comportement irresponsable des autorités iraniennes".

Mardi, Alain Juppé avait condamné "très fermement" l'irruption de manifestants dans l'ambassade du Royaume-Uni à Téhéran. Cette attaque, au lendemain du vote par le Parlement iranien d'une loi prévoyant l'expulsion de l'ambassadeur britannique à Téhéran et la réduction des relations entre les deux pays, a fait monter la tension déjà vive entre Téhéran et les pays occidentaux autour notamment du dossier nucléaire iranien.

Le chargé d’affaires de l’ambassade d’Iran à Paris a été convoqué mercredi matin au Quai d'Orsay, pour lui "rappeler la responsabilité des autorités iraniennes d’assurer la sécurité des emprises diplomatiques conformément à la convention de Vienne" et dénoncer "la passivité dont ont fait preuve les forces de l’ordre" iraniennes dans ce "saccage inacceptable", avait dit plus tôt Bernard Valero.

Jeudi "à Bruxelles, au Conseil Affaires étrangères, avec tous nos partenaires de l'Union européenne, nous évoquerons les suites à donner à ce nouveau comportement irresponsable des autorités iraniennes", a conclu le porte-parole dans son communiqué.