gisors_vue_du_ciel.jpg Réjouissons-nous ! Le quotidien Paris-Normandie réserve une place dans ses colonnes aux dossiers de fond concernant Gisors. Réjouissons-nous en effet, car les habitués du quotidien auront remarqué que, faute de moyens, de journalistes et de correspondants, Gisors et sa région ont quasiment disparues du journal depuis plusieurs mois. C'est bien dommage pour une ville centre d'un bassin de vie de 30 000 habitants. Par ailleurs, cela révèle les difficultés de la Presse quotidienne régionale (PQR), à vivre.

Des initiatives en faveur du développement économique.

(Sources : Paris-Normandie). Depuis une dizaine d'années, la ville de Gisors connaît un développement économique qui se manifeste d'abord par l'apparition ou le développement des zones commerciales en périphérie de la commune. Signe conjoint de l'extension du nombre d'habitants, et du potentiel de développement commercial lié à une proximité directe avec la région parisienne.

Un autre phénomène récent, mais moins visible, confirme cette croissance et cette structuration du tissu économique local. Les entrepreneurs et dirigeants d'entreprises gravitant autour de Gisors cherchent de plus en plus à collaborer au niveau local. Un objectif qui se traduit par l'extension ou la création de réseaux d'entreprises de proximité.

Depuis 1962, le Girgec (Groupement interprofessionnel de la région de Gisors et de Chaumont-en-Vexin) œuvre en faveur d'un groupement des entreprises du secteur. Emmanuel Lallier, à la tête du groupement depuis 2007, travaille aujourd'hui main dans la main avec la communauté de communes pour la réalisation de rencontres et d'événements ponctuels destinés à permettre aux acteurs économiques locaux d'échanger leurs carnets d'adresse.

L'implantation de BNI, Business network international (réseau de professionnels experts en matière de gestion de réseaux et de marketing de bouche-à-oreille), confirme cette volonté de développer un carnet d'adresses local. Sa directrice-adjointe, Marie Neels, s'en explique : « Ce type de nouveaux réseaux locaux répond en partie au contexte de crise économique qui sévit depuis 2008. Se rencontrer entre professionnels à un niveau local permet de sortir de son isolement et de rompre avec la morosité actuelle. De plus, c'est parce que les réseaux traditionnels et sectoriels sont en panne avec la crise, qu'il devient intéressant de constituer son carnet d'adresses local. »

Le principe de BNI est simple : se rencontrer une fois par semaine à l'occasion d'un petit-déjeuner et échanger les clients potentiellement utiles aux uns et aux autres, selon le principe « celui qui donne reçoit ». Toutes ces initiatives s'accompagnent d'un développement des axes routiers à commencer par le contournement de la ville pour alléger la circulation en centre-ville qui saturait.

Les travaux routiers de contournement.

Comme prévu, le chantier de contournement routier de Gisors, destiné à relier la capitale du Vexin normand et le département voisin de la Seine-Maritime, prend de la vitesse en cette fin d'année 2011.

Afin d'éviter aux automobilistes de traverser Gisors, pour rejoindre notamment Gournay ou Dieppe, une infrastructure imposante est mise en œuvre. Mardi, un pont métallique devait être posé, condition nécessaire pour que la nouvelle déviation puisse franchir l'axe routier VC7, route de Saint-Paër. Mais les conditions climatiques n'étaient pas au rendez-vous. A cause du brouillard, le convoi exceptionnel qui acheminait le matériel n'a pu arriver sur place que tard dans la journée. La grue nécessaire à l'opération a donc finalement pu être installée en début de soirée. Problème : le poids du pont s'est avéré supérieur aux prévisions… de cinq tonnes ! La pose a donc dû être reportée au lendemain.

Mercredi matin, après avoir procédé au rééquilibrage de la grue, en disposant les contrepoids indispensables, le pont a finalement pu être posé. C'est l'opération la plus spectaculaire du chantier, avec la construction du viaduc qui permettra la traversée de l'Epte et qui doit être achevé l'an prochain.

Fin du chantier en 2013.

Au total, le chantier qui devrait prendre fin en août 2013 aura coûté 21,5 M€ au conseil régional de Haute-Normandie. C'est dans le cadre d'une véritable politique de rapprochement entre les deux départements de l'Eure et de la Seine-Maritime, résumé sous le sigle « 276 » (qui condense les numéros des deux départements normands), que le conseil régional a accepté de concourir par le biais d'une enveloppe pour le moins conséquente. Le paysage environnant, lui, subira une profonde mutation, déjà visible par la taille franche réalisée à l'entrée du bois de Gisors (derrière le collège Pablo-Picasso).

Interruption des travaux pour Noël.

Les travaux engagés sur la route départementale 10, qui relie Gisors à Neaufles-Saint-Martin, s'interrompront pour la période des achats liés aux fêtes de fin d'année. La présence de la zone commerciale qui comprend l'Intermarché explique cet arrêt du chantier. Il devrait reprendre courant février. Le propriétaire de cette surface commerciale, Philippe Callens, finance en effet le gros des travaux de restructuration de cet axe routier, pour une parcelle comprise entre le nouveau rond-point, intégré à la déviation, et l'entrée actuelle de Gisors. Dans ces conditions, il paraissait légitime de ne pas ralentir l'activité commerciale de cette zone pour la période des fêtes de Noël. Quitte à prendre un peu de retard dans la réalisation de l'aménagement de cet axe routier...Cette interruption du chantier est liée à une convention passée entre le conseil général de l'Eure et le propriétaire de la surface commerciale.

Les automobilistes de Gisors et de sa région apprécieront donc de pouvoir effectuer leurs achats de Noël sans subir les conséquences des travaux engagés depuis plusieurs mois déjà sur cet axe routier voisin de l'une des zones commerciales les plus étendues du secteur.